Accueil / Technique / Dossier / Principes de l’alimentation de la poule pondeuse d’œufs de consommation

Principes de l’alimentation de la poule pondeuse d’œufs de consommation

Principes de l’alimentation de la poule pondeuse d’œufs de consommation.

La maîtrise de la nutrition des élevages de poules pondeuses joue un rôle central dans la rentabilité de ces derniers. Cette maîtrise implique une bonne connaissance zootechnique et sanitaire des diverses souches de poules pondeuses, ainsi qu’une formulation performante et équilibrée avec une mise à jour constante des connaissances nutritionnelles, des matières premières et autres intrants (additifs nutritionnels et zootechniques).

La formulation alimentaire

Principe général de la formulation à moindre coût

L’alimentation représentant plus de 65% du coût de production des élevages, il est important de maintenir le coût de la formule alimentaire au niveau le plus bas possible, tout en couvrant l’ensemble des besoins nutritionnels des poules et en maintenant leurs performances à un niveau optimal. La formulation alimentaire à moindre coût est le procédé par lequel est calculée la proportion de chaque matière première (mais, soja, tournesol…) à incorporer dans un aliment complet, et qui prend en compte :

  • les besoins nutritionnels de la souche de destination de l’aliment, à un stade physiologique et de production donné (démarrage, croissance, pic de ponte…) ;
  • la disponibilité et les prix d’achat de ces matières premières ;
  • les caractéristiques des matières premières en termes d’apport en nutriments ;
  • les contraintes et limitations à imposer aux diverses matières premières, liées à leur teneur en facteurs antinutritionnels ainsi que leur impact sur les caractéristiques physiques du mélange et son comportement lors du process de fabrication (coulabilité, qualité du granulé…) ;
  • les contraintes de marché et souhait des éleveurs lorsque ces derniers ont des exigences précises quant aux caractéristiques physiques de l’aliment (la couleur par exemple).

La maîtrise de la formulation à moindre coût permet donc de réduire de manière significative le coût total de production. A l’inverse, une erreur qui s’introduit à l’une des étapes de ce processus peut être coûteuse à cause du coût alimentaire qui s’en trouve impacté à la hausse et des pertes de performances qui peuvent en résulter.

Divers logiciels plus ou moins évolués et basés sur divers modèles mathématiques existent pour automatiser les calculs et déterminer la composition à moindre coût en matières premières répondant aux contraintes posées par le / la nutritionniste (apports nutritionnels souhaités, limites minimales et maximales pour certaines matières, doses précises pour certains additifs, gestion du risque mycotoxines…). L’utilisation de ces logiciels est d’autant plus nécessaire lorsque le nombre de matières premières disponibles est élevé.

Equilibre de la formule alimentaire

En ce qui concerne la couverture équilibrée des besoins recommandés en énergie et protéine, il existe diverses stratégies de formulation utilisées variablement par les nutritionnistes. L’apport en énergie et protéines/Acides aminés de la formule doit permettre d’assurer un fonctionnement optimal des processus métaboliques et de la protéosynthèse tout en minimisant les rejets azotés.

Quelle que soit la stratégie adoptée, nous recommandons de s’en tenir à la stricte couverture des besoins nutritionnels, nécessaire à la réalisation des objectifs de production fixés. En effet, un apport excessif en l’un des nutriments (énergie, protéine, acides aminés…) peut non seulement s’avérer inutile et coûteux mais également provoquer des contre performances, en raison du déséquilibre entre énergie et protéine ou entre calcium et phosphore que cet excès peut introduire dans la formule.

L’excès de certains ingrédients peut en outre s’avérer toxique au-delà de certains seuils (exemple de la méthionine, lorsque l’apport dépasse 3 fois le besoin).

Il convient aussi pendant le processus de formulation de prêter attention à l’équilibre électrolytique en raison de son influence sur le métabolisme acidobasique et son rôle dans la formation de la coquille.

Formulation pour la poule pondeuse d’œufs de consommation

La première monographie des recommandations nutritionnelles pour la poule pondeuse a été publiée en 1944 par le NRC (l’US National Research Council). Depuis, la génétique de la poule pondeuse a beaucoup évolué et nous disposons aujourd’hui de recommandations très précises des producteurs de souches de poule pondeuses.
Les recommandations les plus importantes à prendre en compte en formulation portent sur les besoins en énergie, en acides aminés, en protéine brute, en calcium et phosphore. Ces besoins nutritionnels de la poule pondeuse sont évolutifs, ce qui nous permet de distinguer :

  • Les formules alimentaires de la phase d’élevage (démarrage de 0 à 6 semaines, croissance / développement et pré-ponte jusqu’à 17 semaines) où l’attention est portée sur la croissance de la poulette et la prévention des maladies (virales, bactériennes et parasitaires) pouvant impacter ses performances ultérieures.
  • Les formules alimentaires de la phase de production (de l’entrée en ponte à la réforme) où l’attention est portée sur la couverture des besoins nutritionnels tout en optimisant le coût des formules.

La maîtrise de l’apport en calcium est un point crucial dans le cas de la poule pondeuse. Le besoin en Ca pour assurer une bonne solidité et qualité de la coquille augmente de manière très significative à l’entrée en ponte (le besoin en Ca est multiplié par 4 ou 5), il est donc recommandé d’augmenter progressivement cet apport dès la phase de pré-ponte. La forme sous laquelle cet apport est réalisé est également importante.

Prémix utilisés dans les aliments destinés à la poule pondeuse d’œufs  de consommation

L’incorporation de prémix dans l’aliment destiné à la poule pondeuse est nécessaire, de même que pour les autres types de volailles (poulet de chair, dinde, reproducteurs…). La particularité du prémix destiné à l’alimentation de la poule pondeuse est que ce sont très souvent les producteurs eux-mêmes qui disposent de leur propre usine d’aliment (communément appelés FAFeurs ou Fabricants à la Ferme). Cette particularité permet chez un même intervenant, de suivre l’ensemble des paramètres nutritionnels et zootechniques, de manière continue et permanente.

En effet, les éléments nutritifs contenus dans les matières premières entrant dans la composition de l’aliment fini ne sont pas suffisants pour couvrir les besoins nutritionnels des poules pondeuses hautes productrices. C’est pourquoi un apport additionnel de vitamines, minéraux, acides aminés et d’autres additifs est nécessaire pour atteindre un apport alimentaire équilibré et couvrant l’ensemble des besoins de ces volailles.

Additifs utilisés dans les prémix pour l’alimentation de la poule pondeuse d’œufs de consommation

En plus des additifs nécessaires à la couverture des besoins nutritionnels (vitamines, minéraux et oligoéléments, acides aminés…), d’autres additifs zootechniques sont rajoutés au prémix afin d’optimiser les performances technico-économiques, selon 3 modes d’action :

  • Amélioration de la digestibilité des matières premières et gestion du coût de formule alimentaire ;
  • Gestion de la flore digestive ;
  • Gestion du risque mycotoxines.
Amélioration de la digestibilité et Gestion du coût de formule alimentaire

Les enzymes sont les additifs zootechniques les plus importants à considérer dans un premier lieu. Ceci en raison de leur impact sur les formules alimentaires. Ces enzymes, de nature protéique, sont utilisées dans le but d’optimiser et de baisser le coût de la formule alimentaire, exemple : Phytases, Protéases,…

Avec Espace Vétérinaire

Regardez aussi

bananes

Banane Bio: Préparation de la parcelle et Plantation

Préparation de la parcelle et Plantation de la banane en mode biologique. Le Maroc prévoit …

Un commentaire

  1. Avatar

    Merci pour votre apport

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *