Accueil / Actualités / Actu internationales / Covid-19: Impact sur le marché mondial des fruits et légumes
Covid-19: Impact sur le marché mondial des fruits et légumes
Covid-19: Impact sur le marché mondial des fruits et légumes

Covid-19: Impact sur le marché mondial des fruits et légumes

La fermeture des frontières et la peur d’une pénurie suite au Covid-19 ont eu des répercussions sur le marché mondial des fruits et légumes.

Suite à la vitesse de propagation du coronavirus, les pays en sont venus à appliquer des mesures parfois drastiques qui engendrent des conséquences directes sur le marché des produits frais notamment des fruits et légumes.

Maroc : fermeture des frontières avec l’Europe

Le Maroc a fermé ses frontières à l’Europe. Cela a empêché l’arrivée de travailleurs marocains en Espagne, créant ainsi un sérieux problème pour la prochaine récolte. Seulement 35 % de la main-d’œuvre se trouve actuellement dans le pays. Ceci signifie que les agriculteurs espagnols ne pourront récolter tous les produits.

Espagne : la demande d’agrumes est en hausse, mais les stocks sont presque vides

Après l’Italie, l’Espagne est le pays le plus touché d’Europe, le virus s’étant propagé beaucoup plus rapidement qu’ailleurs ces derniers jours. Le pays est en quarantaine depuis vendredi. Des records ont été battus lors des ventes aux enchères, dans la mesure où les produits y parviennent malgré tout. Les producteurs essaient de récolter le plus possible et travaillent plus longtemps pour répondre à la demande des supermarchés. Certains commerçants ont limité leurs ventes à leurs clients, tandis que d’autres ont spéculé sur le marché.

La demande de bananes et de pommes de terre est particulièrement à la hausse et leurs prix ont augmenté. Ces derniers jours, le prix a de nouveau baissé, maintenant que les consommateurs espagnols sont un peu plus calmes et ne font plus autant de réserves. Il s’agit d’un effet de « rebond » que l’on peut observer sur de nombreux produits. La demande d’agrumes reste élevée et les prix augmentent, même s’il ne reste pas grand-chose en stock en Espagne. Avec la récession économique qui s’annonce, les commerçants craignent que la demande de produits de luxe, comme les mangues, les avocats et les fruits rouges, ne diminue.

Turquie : fermeture des frontières avec l’Iran et l’Irak ; baisse des prix de fruits et légumes

Alors que la demande européenne d’agrumes a triplé, les Turcs de l’Est ont vu leurs frontières avec l’Irak et l’Iran se fermer complètement. On note également la fermeture de la frontière avec la Syrie, bien que des raisons politiques y soient également pour quelque chose. Les fruits et légumes de l’est de la Turquie se vendent donc avec des remises allant jusqu’à 90%.

Certains entrepôts sont actuellement fermés et prennent une dizaine de jours de congés. Toutes les commandes ont maintenant été expédiées et vendues à un prix inférieur à la normale. Le nombre d’infections en Turquie est en augmentation et on craint que le pays ne suive la voie de l’Europe. Le transport est l’un des plus gros problèmes actuellement. Les transporteurs n’osent pas se rendre en Europe en voiture et les contrôles aux frontières intérieures européennes ne facilitent pas le transport.

Italie : les agrumes se portent bien; pénurie de travailleurs avant la récolte

Le pays tout entier est en état d’urgence. La situation dans le nord est extrêmement mauvaise. Toutefois, dans le sud, il y a une maitrise de la situation pour l’instant. À quelques exceptions près, les Italiens devront rester chez eux jusqu’au 3 avril. Les supermarchés sont ouverts, mais le tourisme a cessé et de même que les écoles. Ainsi, cela entraîne une forte baisse de la consommation.

Dans certains cas, le commerce de détail en Italie a augmenté ses commandes de 30 %. Or, celles de l’hôtellerie et de la restauration ont chuté de 80 % au cours des trois dernières semaines. Les prix sont actuellement bons pour les fournisseurs, principalement parce qu’il y a eu la réduction de la disponibilité des produits importés. Pour certains, les ventes ont augmenté de 40 % ou plus.

Des modifications se sont ajoutées aux programmes sur place pour les mois à venir. Par exemple, les producteurs de fruits à noyau laissent moins de fruits sur les arbres, si bien que leur récolte sera plus petite, mais avec des tailles plus importantes. Les agrumes se portent bien actuellement, mais la demande de légumes tels que les brocolis, les choux-fleurs, les épinards et les artichauts a diminué. Les artichauts ne se récoltent plus en raison de la faible consommation et de la fermeture des marchés et des restaurants. Les prix de ce produit ont chuté de 50 % en moyenne. Le prix des fraises a également chuté de 40 à 50 %. Entre-temps, la saison industrielle de la tomate est sur le point de commencer.

Avec Freshplaza

 

Regardez aussi

Maroc raisons approvisionnement régulier produits agricoles

Maroc : les raisons de l’approvisionnement régulier en produits agricoles

Comment le Maroc a réussi un approvisionnement régulier et suffisant en produits agricoles ? Le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *