Accueil / Actualités / Actu Maroc / Les agrumes et tomates du Maroc en hausse respectivement de 148% et 20%
Baisse des taux de crédit pour un environnement favorable aux investissements agricoles au Maroc
Baisse des taux de crédit pour un environnement favorable aux investissements agricoles au Maroc

Les agrumes et tomates du Maroc en hausse respectivement de 148% et 20%

Les agrumes et tomates du Maroc en hausse de 148% et 20% à l’horizon 2025

Les agrumes, les pommes de terre et les tomates du Maroc afficheraient des excédents apparents de production qui s’élèveraient à 148 %, 41 % et 20 % respectivement. Ces produits afficheraient également des excédents plus importants.

Faisant l’objet de contrats- programmes spécifiques dans le cadre du Plan Maroc Vert, les œufs, les viandes rouges et blanches connaîtraient des surplus de 53 %, 18 % et 44 %, en moyenne, au cours de la période 2019-2025. L’excédent de la production dépasserait le double de la consommation par personne pour les agrumes et les produits laitiers.

Ces surplus seraient, principalement, le fait d’une amélioration de la disponibilité intérieure par habitant. Cette dernière se base sur des importations massives d’intrants et des conditions favorables en termes de disponibilité de l’eau et de qualité du sol. Ils imposent, néanmoins, la mise en œuvre d’une stratégie parallèle de valorisation sur les marchés extérieurs. Et ce, en vue de générer un supplément de profit aux producteurs, permettant d’entretenir la dynamique de croissance de ces filières.

Un déficit de la production des céréales en vue

Hors produits agricoles et agroalimentaires à base animale et fruits et légumes, les autres biens alimentaires présenteraient toujours un problème de couverture à l’horizon 2025. Le Maroc continuerait à importer des quantités non négligeables de céréales. Le déficit de la production par rapport à la consommation atteindrait 28 % selon le scénario tendanciel et 41 % selon le SPMV. La part du blé dans les importations de céréales se maintiendrait à un niveau élevé (63 % en moyenne). Le taux de dépendance vis-à-vis des marchés extérieurs atteindrait 43 % en moyenne, selon le scénario SPMV.

Selon le scénario tendanciel, les légumineuses alimentaires du Maroc afficheraient un déficit de 23 %, en moyenne par personne. Et ce, au cours de la période 2019-2025, après avoir présenté un excédent de production au cours des deux dernières décennies. L’huile d’olive devrait, également, enregistrer un déficit de production. Ceci s’amplifierait davantage en tenant compte d’une amélioration prévue des exportations. Le manque à couvrir de la consommation d’huile d’olive s’élèverait, en effet, à 42 % selon le scénario tendanciel et 26 % selon le SPMV, si les quantités exportées s’alignent aux niveaux projetés dans les 2 scénarios.

 

Regardez aussi

Production mondiale de fraises en hausse de près de 40%

Production mondiale de fraises en hausse de près de 40%

La production de fraises s’est répandue au fil des années dans plusieurs pays. Entre 2008 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *