Accueil / Technique / Dossier / Analyse: A quand une politique agricole africaine commune ?
agrimaroc.ma

Analyse: A quand une politique agricole africaine commune ?

Et si l’avenir de l’Afrique passait par une politique agricole africaine commune? 

Pourquoi une politique agricole continentale peut s’avérer nécessaire au développement du continent africain ? Et comment le continent peut s’appuyer sur ses agriculteurs pour rayonner définitivement.

Le continent africain est considéré comme un importateur de denrées alimentaires alors qu’il dispose des terres arables disponibles les plus importantes au Monde. C’est un réel paradoxe, car malgré cette abondance de terres, le continent importe plus qu’il n’exporte et présente une balance commerciale déficitaire. Il s’agit là d’un constat de départ.

En préambule accordons nous sur le fait que le continent africain dispose de tous les atouts pour inverser cette réalité. Qu’il s’agisse de ressources naturelles, de compétences et de peuples acquis à la cause du continent, chaque pays africain a une réelle valeur ajoutée et des modèles émergent ici et là dans l’agriculture et l’agro-industrie.

Le réveil de l’Afrique pour sa population.Conditionnement des fruits et légumes pour les exportateurs

Tout d’abord le réveil de l’Afrique est avant tout une nécessité démographique. En effet les experts annoncent que la population africaine va doubler d’ici 2030 pour atteindre les 2 milliards d’individus. Il faudra donc inéluctablement nourrir notre population, et nourrir sans produire est inenvisageable sous peine de laisse la valeur ajoutée à ceux qui s’accaparerons les terres, caractéristique de la mondialisation.

Ensuite parce que la croissance économique de nos pays et notamment l’augmentation du niveau de vie des africains quels qu’ils soient, doit passer (entre autres) via un secteur dans lequel le continent dispose davantages compétitifs notoires, et c’est ici ou l’agriculture peut avoir un rôle à jouer.

Cette réalité de fait, est accessible à nos populations. Nos jeunes doivent ainsi prendre conscience que chaque terre vierge doit être exploitée positivement et qu’il ne suffit pas d’aller se jeter dans la méditerranée pour améliorer ses conditions de vie. Ce temps-là est révolu. L’avenir passe par notre continent et passe (entre autres) par notre agriculture.

Ce réveil africain est aussi nécessaire politiquement. Le monde entier s’accorde à dire que la croissance mondiale se trouve entre l’Afrique et l’Asie. Avec une Chine forte, le continent asiatique est plus résilient que jamais et l’Afrique doit s’unir pour tendre vers ce modèle autour des puissances agricoles comme le Nigéria ou le Maroc.

Des à priori mais un potentiel incroyable.

Avocats : Le Maroc trace sa voie en Europe et triple ses exportationsLe continent africain souffre de certains à priori. Avant tout pour nous locaux, qui n’avons pas conscience de la richesse de nos sols. Pensons que l’herbe est plus verte ailleurs alors que tout se trouve ici. Mais des à priori hors Afrique aussi, pour l’occident par exemple, qui pense trop souvent que les terres africaines ne sont pas exploitables, qu’elles manquent d’eau, que politiquement la stabilité n’est pas au rendez-vous dans de nombreux pays etc… Et lorsque certains groupes internationaux osent s’aventurer en Afrique c’est rarement par philanthropie.

Cette vision européenne de l’agriculture africaine est d’ailleurs à peu de choses prêt la même vision que peut avoir la Chine, pour qui la conquête de l’Afrique est nécessaire, dans un rapport un peu plus gagnant-gagnant, et une vision plus long-termiste. Mais avec toujours cette idée de croissance.

Une bonne chose me direz vous ? Oui car c’est ce qui freine le développement des grandes puissances actuelles pour qui l’agriculture ou l’Afrique ne sont pas prioritaires, même si la Chine par exemple avance ses pions dans de nombreux pays. L’enjeu pour l’Afrique c’est de prendre conscience d’une manière forte et brutale de cette situation, pour un sursaut continental sans précédent. Pourquoi ? Pour occuper l’espace et accélérer le développement du continent de manière irréversible. Une agriculture forte, c’est une population qui s’enrichit, qui s’éduque, qui investit, qui exporte bref qui améliore ses conditions de vie, ce dont à besoin chaque africain, de Tanger à Johannesburg, sans exception.

Ceci étant dit, il est indispensable d’alerter le continent sur une réalité statistique, depuis 2000, 42% des terres commercialisées dans le monde, ont concerné l’Afrique … Et cette tendance est croissante.

La politique agricole africaine pour soutenir la croissanceLe-Maroc-pourrait-échapper-à-une-invasion-accrue-de-criquets-pèlerins

Lorsqu’une politique agricole continentale existe, elle permet un certain nombre d’avantages. Une Afrique forte, permettrait également une résilience et une coordination plus aboutie. A l’heure ou par exemple la menace d’invasion de criquets concerne un petit nombre de pays, une action commune pourrait être salvatrice pour l’ensemble du continent.

En Europe par exemple la Politique Agricole Commune (PAC) a été salvatrice pour de nombreux agriculteurs européens. Une initiative équivalente en Afrique permettrait de soutenir la croissance continentale en boostant la production et la consommation interne du continent africain.

Pour illustrer la réalité de ces opportunités, saviez vous qu’un pays comme le Congo, qu’on présente souvent à raison comme le grenier de l’Afrique peut en effet nourrir l’ensemble du continent avec ses 80 millions d’hectares de terres arables ? Il s’agit là de la plus grande surface cultivable mondiale disponible derrière le Brésil. Un potentiel immense inexploité puisque seulement 10% de ces terres sont aujourd’hui valorisées à leur juste valeur.

Imaginez donc comment un pays peut se développer grâce à sa consommation interne, son ouverture sur des marchés régionaux africains et enfin grâce à son offre à l’international.

La clé ? Une réelle politique agricole continentale (et non pas régionale)

Et si les pays africains trouvaient enfin le moyen de s’entendre sur une politique agricole continentale globale ? Une politique élargie aux politiques régionales de la CEDEAO ou de l’Union du Maghreb Arabe, nous parlons ici d’une politique agricole qui rassemble un continent, pour qui la voie de la croissance passe par l’agriculture. Notre Afrique a à y gagner.

Regardez aussi

bananes

Banane Bio: Préparation de la parcelle et Plantation

Préparation de la parcelle et Plantation de la banane en mode biologique. Le Maroc prévoit …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *