Accueil / Actualités / Actu internationales / Une pénurie d’eau compromet la bonne qualité des dattes tunisiennes
Dattes tunisiennes : Une pénurie d'eau compromet la bonne qualité

Une pénurie d’eau compromet la bonne qualité des dattes tunisiennes

Une pénurie d’eau compromet la bonne qualité des dattes tunisiennes

Les systèmes d’irrigation et les oasis dans le sud aride de la Tunisie ne parviennent pas à répondre aux exigences de plantations des palmiers de dattiers assoiffées. En effet, des milliers d’agriculteurs souffrent des effets de la crise climatique et de la pénurie d’eau. Ces deux paramètres combinés menacent leurs moyens de subsistance.

De plus, les agriculteurs ne cessent de subir les affres des systèmes mal irrigués dans les régions arides. Selon eux, plus la qualité des dattes est mauvaise, plus ils reçoivent des prix bas. Et cela risque de s’empirer avec les températures qui augmentent d’année en année. En effet, «les températures avaient atteint un pic en août puis ont chuté, mais maintenant la chaleur persiste jusqu’en octobre», explique Taieb Foudhaili de South Organic, une société d’exportation de dattes basée à Kebili. Compte tenu de ce schéma de réchauffement, le taux d’humidité baisse et les plantes s’adaptent en libérant de l’eau. Ainsi, le résultat est un produit plus sec et plus pauvre. Dès lors, son entreprise, comme la plupart d’ailleurs, doit faire plus de tri pour maintenir les normes de qualité.

Lire aussi : Le Maroc investit 700 millions de dirhams pour moderniser la filière des dattes

Le réchauffement climatique a également créé des périodes plus courtes pendant lesquelles les palmiers dattiers peuvent fleurir et être pollinisés, selon Nabila el-Kadri, agronome basée à Kebili. En conséquence, Kadri a observé une baisse de la productivité des dattes à l’hectare.

Toutefois, ce n’est pas seulement l’augmentation des températures qui cause de l’anxiété. Au cours des dernières décennies, et en particulier après la révolution tunisienne de 2011, les plantations illégales se sont répandues de manière abusive. Selon Theguardian, l’État tunisien n’a pas exercé de contrôles appropriés. Par conséquent, il y a maintenant 38 000 hectares de palmiers dattiers déclarés dans la région de Kebili, bien que Kadri pense que le chiffre réel pourrait atteindre 50 000 hectares. Plus de la moitié des dattes de la Tunisie sont produites dans cette région.

Regardez aussi

Norvège : Les robots cueilleurs de fraises deviennent populaires en raison du coronavirus

Norvège : Les robots cueilleurs de fraises deviennent populaires en raison du coronavirus

La Norvège a enregistré une augmentation de la demande de robots depuis l’avènement du coronavirus. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *