×
AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
samedi 13 août 2022
Accueil / L'invité / Invité Entreprise / Esther Flor, Responsable de Production chez SIPCAM Inagra : « Je ne connais qu’une seule femme à part moi dans ma position ».

Esther Flor, Responsable de Production chez SIPCAM Inagra : « Je ne connais qu’une seule femme à part moi dans ma position ».

Journée de la femme : Nous avons interviewé la dernière arrivée dans l’usine Sueca pour parler de l’égalité femmes-hommes dans son secteur.

La loi sur l’égalité recommande qu’aucun des deux sexes ne soit représenté à moins de 40% aux postes de direction des entreprises espagnoles. Toutefois, le pourcentage de femmes à la tête des entreprises cotées en bourse n’est que de 26 %, selon RTVE. Un an après le lancement de son Plan d’égalité, SIPCAM Espagne & Afrique du Nord avance pour atteindre une plus grande parité dans les postes à responsabilité comme celui d’Esther Flor.

La nouvelle Responsable de Production de SIPCAM Inagra se définit comme une personne joyeuse et organisée, ainsi que comme une personne très sociale et active. Elle a été l’une des premières incorporations de 2022 dans l’entreprise, ainsi que la première femme Responsable de Production dans l’histoire de SIPCAM Espagne & Afrique du Nord.

Aujourd’hui, chez SIPCAM Inagra, j’ai 70 personnes dans mon équipe et je suis heureuse de partager que près de 33% d’entre elles sont des femmes

Aujourd’hui, elle nous parle de son parcours professionnel jusqu’à ce qu’elle atteigne ce poste.

La parité existait-elle lorsque vous étudiez pour devenir Ingénieure Chimiste ?
Esther Flor : La vérité est que, oui, nous étions pratiquement moitié hommes et moitié femmes. Cependant, lorsque j’ai étudié à l’école technique d’ingénierie industrielle de l’université polytechnique de Valencia, j’ai remarqué que la plupart des étudiants étaient des hommes.

Comment avez-vous débuté dans le secteur ?
Esther Flor : J’ai commencé à couvrir un congé de maternité et on m’a ensuite proposé le poste de responsable de laboratoire. Des années plus tard, j’ai postulé pour devenir Responsable de la Production d’une des usines de l’entreprise où je travaillais, devenant ainsi la première femme à occuper ce poste. Finalement, j’ai eu la chance qu’une autre collègue féminine occupant le même poste dirige une autre usine de la même entreprise.

Avez-vous déjà été victime de discrimination parce que vous êtes une femme dans votre carrière professionnelle ?
Esther Flor :  Jamais. J’ai la chance de pouvoir dire qu’au début de ma carrière, tout le personnel dont j’avais la charge était masculin et je n’ai jamais souffert de dénigrement ou de remise en question en raison de mon sexe. Aujourd’hui, chez SIPCAM Inagra, j’ai 70 personnes dans mon équipe et je suis heureuse de partager que près de 33% d’entre elles sont des femmes.

Pensez-vous qu’il existe une inégalité dans les postes comme le vôtre ?
Esther Flor :  Je dirais que oui, car je ne connais pas beaucoup de Directrices de Production ; une seule, à part moi. De même, à des postes encore plus élevés, comme la Direction d’une usine, je n’ai jamais vu de femmes aux commandes.

 Je pense qu’il est essentiel que les personnes ne soient pas sélectionnées sur la base de leur sexe, mais sur la base de leurs capacités.

Ce sont des objectifs que nous n’avons pas encore atteints en tant que société.

Que pouvons-nous faire pour parvenir à une plus grande égalité ?
Esther Flor :  Je pense qu’il est essentiel que les personnes ne soient pas sélectionnées sur la base de leur sexe, mais sur la base de leurs capacités. Les processus de sélection à l’aveugle peuvent être une solution à ce problème. De cette manière, les femmes pourront montrer ce qu’elles valent et accéder à des postes à plus grande responsabilité dans les entreprises.

Quel message souhaitez-vous faire passer aux femmes qui ont l’intention de travailler dans des secteurs masculinisés ?
Esther Flor :  Que leur vocation n’a pas d’importance. Si elles sont sûres de ce qu’elles veulent, elles doivent le faire. Avec du travail et des efforts, tout est possible, mais il est essentiel de savoir séparer le travail et la vie familiale ou sociale. Il faut faire très attention au syndrome de Superwoman… C’est pourquoi ma routine ne peut se passer de moments de déconnexion, qu’il s’agisse de pratiquer le Pilate ou de regarder des films indépendants. Pour moi, le succès et le bonheur sont dans l’équilibre.

Merci à Esther Flor

Plus d’information: 

Laurent Boavida – Responsable de Communication et Marque
Groupe SIPCAM Spain & North Africa

[email protected]

Tel: +34 662 12 62 12
INSTAGRAM : https://www.instagram.com/sipcam.inagra/
FACEBOOK : https://www.facebook.com/sipcaminagra
TWITTER: https://twitter.com/sipcam_inagra
LINKEDIN: https://www.linkedin.com/company/sipcam-spain/

 

Regardez aussi

KATION F1 Vilmorin

Découvrez KATION F1, la nouvelle variété de poivrons carrés de Vilmorin-Mikado Atlas !

Vilmorin-Mikado Atlas dévoile sa nouvelle variété de poivrons carrés : KATION F1 ! La culture …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.