Accueil / Actualités / Actu Maroc / Maroc: Le secteur agricole souffre du changement climatique
Maroc: Le secteur agricole souffre du changement climatique
Au Maroc, le réchauffement climatique se ressent jusque dans nos assiettes - (ph:DR)

Maroc: Le secteur agricole souffre du changement climatique

Au Maroc, le secteur agricole est fortement affecté par les changements climatiques. 

Le Maroc connaît cette année une période de réchauffement climatique. Ce réchauffement affecte la production agricole du pays, telles que: les productions fruitières et maraîchères, les réserves d’eau, l’irrigation et/ou la pluviométrie.

Près de 83% (soit 7,2 millions d’hectares) des terres agricoles ne sont pas irriguées. Selon nos confrères de Medias24.com, les rendements des principales cultures subissent des variations très importantes en raison de la forte variabilité des précipitations et une fréquence élevée des sécheresses. Il semblerait aussi que l’agriculture marocaine fournisse 13 à 23% du PIB selon les années et selon la pluviométrie. Le pommier fait partie des productions agricoles qui souffrent le plus des changements climatiques que traverse actuellement le Maroc.

Au Maroc, le réchauffement climatique se ressent jusque dans nos assiettes: Avec des fruits de saison pas assez murs, plus petits, d’une texture spongieuse, etc … . Les raisons: La baisse du temps de repos végétatif qui est indispensable pour obtenir une bonne récolte. Une réelle préoccupation s’installe au sein du pays. En août, il y a eu une baisse de la qualité et de la quantité de la production.

Afin de lutter contre la sécheresse, des actions-pilotes sont menées. Au Maroc, l’agriculture consomme près de 90% des ressources en eau, contre 10% pour les villes. Les cultures de blé et de maïs risquent de voir leurs rendements affectés. Il y a un risque d’apparition de parasites et de variétés végétales. En plus des cultures céréalières, la production animale est également affectée.

Toujours selon nos confrères de Médias24.com, Au Maroc, le stress hydrique est amené à s’accentuer avec l’augmentation des températures, la baisse de la pluviométrie et la croissance des besoins de la population. Ceci risque d’engendrer une compétition plus vive afin d’accéder aux ressources en eau et à une surexploitation des ressources souterraines. La montée des eaux peut aussi provoquer l’inondation de certains périmètres agricoles.

 

 

 

Regardez aussi

Fès-Meknès : 16,3 MDH pour le développement de l'AgriTech

Fès-Meknès : 16,3 MDH pour le développement de l’AgriTech

La région de Fès-Meknès bénéficiera d’un financement de 16,3 MDH pour l’AgriTech. L’Agence Française de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *