Accueil / Actualités / Actu internationales / Ralentissement des exportations agricoles marocaines vers l’UE
Agrumes : Les exportations marocains vers l'Union européenne en forte baisse
Les exportations d'agrumes marocains vers l'Union européenne en forte baisse

Ralentissement des exportations agricoles marocaines vers l’UE

Les exportations d’agrumes marocains vers l’Union européenne en forte baisse

Le Maroc a connu une augmentation du nombre de producteurs et de fruits et légumes ces dernières années. La proximité du marché européen, ainsi que l’amélioration des infrastructures, ont contribué à l’amélioration de la position du pays sur le marché. Cette croissance, en particulier dans le secteur des agrumes, s’est toutefois quelque peu ralentie ces derniers temps.

Avec des volumes plus faibles, les perspectives du Maroc pour 2020 sont similaires à celles de l’Espagne. Certains négociants auraient même réduit de moitié leurs récoltes. Ainsi, le gouvernement marocain stimule la croissance des superficies de fruits et légumes. Selon le ministère de l’Agriculture, ces produits peuvent concurrencer ceux des autres pays. Il est également prévu de convertir les champs de céréales en vergers, afin d’augmenter la valeur des exportations du pays. Cependant, l’ajustement de la stratégie du gouvernement marocain pour l’année n’est pas encore connue.

Des exportations en forte baisse, surtout dans le marché néerlandais

Jan van der Voort, du grossiste en fruits et légumes Anaco Greeve, s’attend cette année à une diminution des mandarines marocaines sur le marché néerlandais. « Les perspectives ne sont pas bonnes », explique Jan, « il n’y a déjà presque plus de clémentines sur le marché. Cette année, nous avons également constaté une baisse de volume dans l’ensemble du Maroc ».

« Berkane, au nord, a environ 20 à 25 % de moins, Beni Mellal, 30 % de moins, et à Agadir, il y a une réduction d’environ 70 % en ce qui concerne les mandarines. La situation est donc comparable à ce qui se passe actuellement en Espagne, mais avec un degré de gravité supérieur. La qualité des mandarines est cependant meilleure que l’année dernière. »

Une baisse en lien à la surproduction de l’année dernière

« Cette pénurie est principalement due à la récolte record de l’an dernier. Les arbres sont épuisés pour le moment et produisent donc moins de fleurs. Les agrumes ont également souffert de la chaleur pendant la phase de floraison, ce qui a provoqué la mort d’une grande partie des fleurs », explique Jan.

« Ce n’était pas seulement le cas des mandarines au Maroc, mais aussi des oranges comme les Navels et les Salustianas. Les Nadorcotts ont, elles, été épargnées. Là, nous nous attendons à ce que le volume de cette année soit similaire à celui de la saison dernière. Les premières Nadorcotts devraient arriver sur le marché européen dans la première semaine de la nouvelle année ».

« Cette année ne peut pas être comparée à la saison précédente », affirme Jan Van der Voort. « L’année dernière, l’Espagne et le Maroc ont enregistré des volumes élevés avec des problèmes de qualité occasionnels. Cette année, ces deux pays ont des volumes bien inférieurs, mais la qualité des agrumes est meilleure. Ils peuvent donc bien se concurrencer sur le marché. Le produit marocain est légèrement moins cher, mais pas de beaucoup ».

 

Regardez aussi

Agroalimentaire : Le Maroc occupe la 12ème place au monde dans le commerce de détail

Agroalimentaire : Le Maroc occupe la 12ème place au monde dans le commerce de détail

Le Maroc occupe la 12ème place au monde dans le commerce de détail Le Maroc …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *