Accueil / Actualités / Actu internationales / Les agriculteurs espagnols ont bloqué les produits venant du Maroc et des pays tiers
les agriculteurs espagnols bloquent l'entrée des produits du Maroc
les agriculteurs espagnols bloquent l'entrée des produits du Maroc

Les agriculteurs espagnols ont bloqué les produits venant du Maroc et des pays tiers

Les agriculteurs espagnols bloquent la principale voie d’entrée et de sortie du port de Motril pour protester contre des importations non contrôlées

Une centaine d’agriculteurs membres de la COAG (Coordination des organisations des agriculteurs et des éleveurs en Espagne) ont bloqué hier matin l’une des principales voies d’entrée et de sortie des marchandises du port de Motril pour protester contre l’entrée non contrôlée des importations en provenance de pays tiers tels que le Maroc, l’Egypte,… En ce sens, le COAG a demandé au gouvernement espagnol davantage de ressources au Poste d’inspection Frontalier (PIF).

«Cela ne vaut plus la peine de regarder de l’autre côté. La paresse des décideurs espagnols et européens détruit le tissu productif et l’économie sociale de l’ensemble de notre arc méditerranéen. La pression et la concurrence déloyale ont été telles que, dans le cas de la tomate, les îles Canaries, Alicante ou Murcie ont déjà perdu leur production et que celles d’Almeria, Grenade et Malaga sont maintenant sérieusement menacées “, a déclaré Andres, chef du secteur Fruits et légumes de la COAG, lors de la manifestation.

D’après le COAG, la croissance spectaculaire des importations en provenance de pays tiers dans l’UE est due à la signature continue d’accords de libéralisation du commerce des produits agricoles.

Par exemple, les importations de fruits et légumes du Maroc vers l’UE sont passées de 895 727 tonnes en 2009 à 1,3 million de tonnes en 2018, soit une augmentation de 52%. Dans le cas important des tomates, les arrivées du Maroc dans l’UE ont augmenté de 27%. Depuis 2010, un chiffre record est atteint chaque année (sauf en 2015), jusqu’à atteindre 450 000 tonnes en 2018. Le deuxième importateur est la Turquie. Elle a multiplié par plus de 3,5 les quantités importées depuis 2013 (jusqu’à 108 000 tonnes). ). Pendant ce temps, les exportations de tomates de l’UE sont à la valeur la plus basse de la décennie (elles ont chuté de 68% depuis 2013).

Un laisser-faire des gouvernements européens selon la COAG

«Cette situation découle d’une saturation complète du marché européen, menée par les autorités publiques européennes et des États, qui ne cherchent pas le bénéfice des agriculteurs du secteur, mais les intérêts des entreprises de commercialisation et des chaînes de distribution qui: avec les capitaux européens, importent des produits de l’extérieur pour faire pression sur les prix à la source et détruisent notre tissu productif, sans pour autant offrir des avantages économiques, sociaux ou environnementaux aux populations des pays tiers “, a déclaré Andrés Góngora, responsable du secteur des fruits et légumes du COAG, auxquels il a ajouté; “En outre, ce sont nos propres sociétés de commercialisation qui affaiblissent notre position en raison de l’augmentation des importations de fruits et légumes.”

Les arrivées de produits du Maroc en Espagne sont passées de 151 059 tonnes en 2009 à 399 519 tonnes en 2018, en hausse de 164%. En particulier dans le piment, ils ont augmenté de 210% entre 2010 et 2018 (jusqu’à 52 800 tonnes), dans la tomate de 200% (jusqu’à 63 300 tonnes) et dans les haricots verts de 38% (jusqu’à 87 500 tonnes). Les chiffres pour l’Égypte ont également augmenté, passant de 1 189 tonnes à 21 129 tonnes (1 667% de plus), ainsi que pour l’Algérie. Parfois, ces sociétés renomment le produit importé comme étant originaires d’Espagne alors qu’en réalité ils viennent du Maroc, comme cela a été récemment dévoilé dans les médias.

Le 13 décembre, de nouveaux actes de protestation seront organisés contre les principales chaînes de distribution, dans le cadre d’une mobilisation permanente face à la grave crise des prix qui touche le secteur des fruits et légumes.

Regardez aussi

6100 saisonnières Marocaines en Espagne

Des associations féministes s’inquiètent face aux conditions des saisonnières marocaines

Des associations féministes s’inquiètent face aux conditions des saisonnières marocaines en Espagne Précarité, abus, harcèlement… …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *