Accueil / Actualités / Actu internationales / Des scientifiques étudient le potentiel antioxydant des tomates
Des scientifiques étudient le potentiel antioxydant des tomates
Des scientifiques étudient le potentiel antioxydant des tomates.

Des scientifiques étudient le potentiel antioxydant des tomates

Des scientifiques américains apprennent à améliorer la santé des tomates.

Une nouvelle étude menée par des scientifiques américains de l’Université de Floride a révélé que plonger les tomates dans de l’eau chaude, puis les maintenir dans une atmosphère chaude avec de l’éthylène améliore considérablement la couleur rouge des fruits mûrs et permet la production des antioxydants bénéfiques dans ces produits agricoles.

En effet, «L’idée est que les tomates ont un certain potentiel génétique pour la production d’antioxydants qui n’est pas toujours réalisé», rapporte East Fruit, citant le responsable de l’étude. « C’est parce que les tomates, et en fait toutes les plantes, produisent des antioxydants pour lutter contre le stress, et plus il y a de stress, plus elles produisent d’antioxydants. »

Lire aussi : Le Maroc devient le 3e fournisseur de tomates de l’UE avec plus de 373.000 tonnes

Des résultats optimaux ont été obtenus par des scientifiques avec un traitement à l’eau chaude à environ 52,2 ° C pendant 5 minutes, suivi d’une exposition à l’éthylène à 35 ° C pendant 48 heures.

Dans les fruits de tomate, les caroténoïdes comprennent des pigments. Et parmi eux, se trouve le lycopène, qui donne à ces produits agricoles leur couleur rouge.

«Ainsi, en encourageant les tomates à produire plus d’antioxydants, nous leur avons donné plus de pigment rouge. Mais la principale réponse au stress thermique a été la production de phénols, qui sont de puissants antioxydants mais qui sont généralement incolores », a expliqué le chercheur.

Regardez aussi

UE attend à la plus faible récolte de fruits à noyau en 30 ans

L’UE s’attend à la plus faible récolte de fruits à noyau en 30 ans

L’UE s’attend à la plus faible récolte de fruits à noyau en 30 ans, en …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *