Accueil / Actualités / Actu internationales / L’Iran se lance à la culture du safran dans une installation verticale
L'Iran se lance à la culture du safran dans une installation verticale
L'Iran se lance à la culture du safran dans une installation verticale.

L’Iran se lance à la culture du safran dans une installation verticale

L’Iran se lance dans l’agriculture verticale avec sa culture phare qu’est le safran.

L’Iran est responsable de la majeure partie de la culture mondiale du safran, connu comme l’épice la plus chère au monde. Ainsi, pour réduire les coûts de production et la perte de croissance, un agronome a misé sur la culture en intérieur, cette dernière offrant de nombreuses opportunités.

Puisqu’il s’agit d’un produit super cher, il y a beaucoup d’intérêt pour les moyens d’augmenter la production ou de réduire la perte de croissance. Vous l’avez peut-être deviné: la culture en intérieur offre des opportunités. Ardalan Ghilavizadeh,

“La qualité du safran cultivé verticale et en intérieur est meilleure que la culture en extérieur puisque nous contrôlons la température”, explique à Hortidaily, un agronome senior, qui a partagé ses idées sur la culture du safran en intérieur. “De plus, les désordres et les maladies surviennent rarement sur les cultures en intérieur et quand ils surviennent, nous pouvons les contrôler plus facilement qu’en plein air. Cela signifie que la qualité des cultures est très élevée.” 

Lire aussi : Maroc : La culture du safran génère plus de 139 millions de dirhams

En effet, la densité du produit agricole et la réduction de la main-d’œuvre requise sont des avantages encore plus importants. L’équipe a passé de nombreuses heures à trouver la densité parfaite. «La densité en conditions intérieures peut être optimisée. Dans notre halle de 60 mètres, nous pouvons faire pousser 4 tonnes de bulbes de safran.

Ensuite, chaque 70 kilogramme de fleurs mouillées donne 1 kilogramme de récoltes séchées, donc on peut dire que chaque tonne de bulbes de safran en résulte dans deux kilogrammes de matière séchée. En fin de compte, cela signifie que nous pouvons cultiver la même quantité sur 100 m2 en intérieur que sur 1 hectare de culture en extérieur. ”  

Regardez aussi

La recherche agronomique peut être capitale pour la filière biologique

La recherche agronomique peut être capitale pour la filière biologique

La recherche agronomique peut être d’une aide précieuse pour le secteur biologique au Maroc. Dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *