AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Elevage / Un Aïd al-Adha 1444 réussi, près de 6 millions de têtes sacrifiées
Maroc 5,8 millions de têtes ovins et caprins identifiés pour Aïd Al-Adha

Un Aïd al-Adha 1444 réussi, près de 6 millions de têtes sacrifiées

L’Aïd al-Adha 1444 s’est déroulée dans des conditions optimales, grâce aux mesures mises en place par le gouvernement pour assurer l’approvisionnement du marché en animaux destinés à l’abattage. Le ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rural et des Eaux et Forêts a joué un rôle clé en mettant en place dès janvier 2023 un programme de suivi de l’approvisionnement du marché.

Ce programme comprenait des opérations d’identification du cheptel destiné à l’abattage afin d’assurer sa traçabilité, ainsi que le suivi de son état sanitaire. L’offre totale d’animaux destinés à l’abattage pour l’Aïd al-Adha était estimée à plus de 7,8 millions de têtes, dépassant largement la demande. Parmi ces animaux, 6,8 millions de têtes étaient identifiées conformément aux procédures clés mises en place, assurant ainsi la traçabilité de l’animal depuis l’éleveur jusqu’au consommateur final.

La célébration de l’Aïd al-Adha a été marquée par le sacrifice de près de 6 millions de têtes, dont 58% en milieu urbain. Les ovins représentaient 90% du cheptel abattu, tandis que les caprins représentaient 10%. Pour répondre à la demande nationale, des moutons destinés à l’abattage ont été importés, garantissant leur état sanitaire et leur qualité.

Malgré les déséquilibres causés par la pandémie de COVID-19, les conditions climatiques défavorables et la hausse des prix des intrants agricoles, la célébration de l’Aïd al-Adha s’est déroulée dans de bonnes conditions sur le plan commercial et sanitaire. Les marchés ont été bien approvisionnés et aucune réclamation concernant la disponibilité des animaux n’a été enregistrée. Une forte demande a été observée pour les carcasses de taille moyenne.

Pour assurer une commercialisation optimale des animaux, le ministère de l’Agriculture a collaboré avec le ministère de l’Intérieur pour installer 34 marchés pilotes, renforçant ainsi le réseau de commercialisation des animaux identifiés. Cette initiative visait à garantir des conditions favorables de commercialisation pour toutes les parties prenantes.

L’état sanitaire du cheptel national a été satisfaisant grâce à la mise en œuvre du plan d’action supervisé par l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA). Des contrôles rigoureux ont été effectués sur les animaux, les aliments pour animaux et l’eau d’abreuvement, avec la réalisation de 2534 sorties de contrôle et l’analyse de nombreux échantillons.

Pendant la période de l’Aïd, les services de l’ONSSA ont assuré une permanence grâce à la mobilisation de 500 médecins et techniciens vétérinaires, ainsi que de 140 membres du personnel administratif. Des visites ont été effectuées dans les foyers pour fournir des informations sur la qualité des carcasses et plus de carcasses ont été examinées. Les services de l’ONSSA ont également répondu à de nombreux appels téléphoniques et ont effectué des inspections régulières dans les abattoirs et les boucheries.

Outre son impact sur la disponibilité des animaux et l’état sanitaire du cheptel, la célébration de l’Aïd al-Adha a également contribué à dynamiser l’économie marocaine, en particulier dans les zones rurales où l’élevage est une source de revenus importante. Cette opération a généré un chiffre d’affaires estimé à 16 milliards de dirhams marocains (DH), dont une grande partie est transférée aux ménages agricoles. Ces revenus supplémentaires permettent aux agriculteurs de faire face aux dépenses liées aux autres activités agricoles et aux préparatifs pour la prochaine campagne agricole.

En conclusion, grâce aux mesures mises en place par le gouvernement marocain, l’Aïd al-Adha 1444 s’est déroulée dans des conditions optimales sur les plans commercial et sanitaire. L’approvisionnement du marché en animaux destinés à l’abattage a été assuré, garantissant ainsi la satisfaction de la demande nationale. Les efforts déployés par les différentes autorités et acteurs impliqués ont permis de préserver la traçabilité des animaux, de contrôler leur état sanitaire et de garantir des conditions favorables de commercialisation. De plus, cette célébration a eu un impact positif sur l’économie locale, notamment dans les zones rurales dépendantes de l’élevage.

Partager

Regardez aussi

Centrale Danone veut encourager l’agrégation dans la filière laitière

Après le succès des deux premières journées tenues respectivement à Casablanca et dans la région …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *