AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
jeudi 1 décembre 2022
Accueil / Actualités / Actu internationales / Tomates : Les producteurs européens souffrent des prix de l’énergie
tomates_snack
Tomates - Ph : DR

Tomates : Les producteurs européens souffrent des prix de l’énergie

Les prix de la tomate résistent bien dans un marché sous pression.

Le marché de la tomate plonge généralement en novembre dans divers pays. Il est vrai que les prix sont supérieurs à la moyenne depuis un certain temps mais la baisse de prix s’est produite cette année aussi. 

Virus et Covid-19

Le prix de la tomate dans l’ensemble en Europe était en moyenne de 1,35 €/kg (soir 14,07 dirhams). C’est moins qu’en octobre. C’est aussi moins qu’en novembre dernier où la moyenne était de 1,43 €(soir 14,91 dirhams). Mais il reste supérieur à la moyenne quinquennale. Les prix de la tomate dépassent ce chiffre depuis mars.

Il y a des raisons bien connues à cela : le virus Tomato brown rugose fruit (ToBRFV) et COVID-19 dans une certaine mesure. Et maintenant, la crise énergétique et les prix toujours plus élevés pour l’électricité ou le gaz par exemple.

Les prix de l’énergie ne cessent d’augmenter

La progression habituelle du marché montre qu’une autre augmentation des prix est possible en décembre. Il est à noter que ce n’était pas le cas l’année dernière. Même si les prix élevés de l’énergie n’étaient pas un problème pour les producteurs à l’époque comme ils le sont maintenant. La pandémie mondiale a été un facteur au cours des deux années. Cela pourrait affecter la demande.

Les producteurs comptent sur l’éclairage et le chauffage en hiver. Pour certains, cet hiver est une toute autre histoire. Les serres sont vides ou les producteurs cultivent, mais sans y mettre beaucoup d’énergie. En d’autres termes, les lumières restent éteintes et le chauffage est baissé pour réduire la facture comme c’est le cas au Danemark par exemple.

Freshplaza

Regardez aussi

La saison s’annonce prometteuse pour Nadorcott

La sécheresse persistante ralentit la saison de Nadorcott, mais chez les producteurs l’optimisme reste de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.