AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu Maroc / Produits laitiers au Maroc : la hausse des prix expliquée par la hausse des prix des matières premières importées
Rabat-Salé-Kénitra production laitière
Elevage laitier - Ph : DR

Produits laitiers au Maroc : la hausse des prix expliquée par la hausse des prix des matières premières importées

La production du lait stérilisé et de ses dérivés dépend des matières premières importées de l’étranger.

Impactés par la crise mondiale, les produits laitiers au Maroc ont augmenté de prix. Aujourd’hui, le lait UHT coûte entre 11 et 12 DH/L. Cette hausse, liée à des facteurs économiques, influence négativement l’activité des éleveurs et des agriculteurs marocains.

Classés dans la catégorie des services à prix libéralisés, le lait stérilisé, certains dérivés du lait et le lait infantile ont vu leurs prix augmenter, évoque un article de L’Opinion. La Ministre de l’économie et des finances, Nadia Fettah Alaoui, fait savoir que cette hausse est liée directement au renchérissement du coût de la distribution en raison des prix élevés des carburants. En effet, « la production du lait stérilisé et de ses dérivés dépend en grande partie des matières premières importées de l’étranger, plus particulièrement du lait en poudre », a-t-elle précisé.

Au cours des derniers mois, le prix à l’importation du lait en poudre a doublé, ce qui a impacté d’une manière négative les prix de ce produit sur le marché local, à noter que cette augmentation a atteint 1 DH/L entre janvier et octobre de l’année 2022. De plus, le prix à l’importation du lait en poudre, utilisé dans la production du lait stérilisé et du lait infantile, est passé de 25.8 DH/kg en 2021 à 37.8 DH/kg en 2022, soit une augmentation de 46%.

Localement, l’augmentation des prix des produits laitiers vient en parallèle d’une faible production locale de lait, indique la même source. D’un autre côté, l’inflation du coût des fourrages a causé une diminution du nombre de bovins au Maroc. Sur le marché international, le prix maïs a augmenté de 32%. Une hausse impactant la production locale du lait. Conscient de la gravité de ladite situation, le gouvernement marocain a mis en place plusieurs mesures, dont la suspension des droits de douane et de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) applicable aux importations de lait en poudre. Plus encore, le Royaume a choisi de réduire les droits de douane sur le nombre de bovins qui peuvent être importés et abattus.

Enfin, la Ministre a évoqué la volonté du Maroc en termes de lutte contre les circuits de vente non réglementées du lait, et l’orientation de la production nationale vers l’industrie laitière afin de combler le manque en cette substance.

Partager

Regardez aussi

Fortes rafales de vent avec chasse-poussières vendredi et samedi dans plusieurs provinces

De fortes rafales de vent avec chasse-poussières locales sont attendues vendredi et samedi dans plusieurs …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *