Accueil / Actualités / Actu internationales / Le Maroc est le 6ème importateur mondial d’huile de soja
Maroc est le 6ème importateur mondial d'huile de soja
Le Maroc est le 6ème importateur mondial d'huile de soja

Le Maroc est le 6ème importateur mondial d’huile de soja

Le Maroc est le 6ème importateur mondial d’huile de soja

Le Maroc importe l’essentiel de ses besoins sous forme de tourteaux de soja, soit plus de 950.000 tonnes. La culture oléagineuse occupe une place importante dans l’agriculture pluviale.

Selon le Ministère de l’Agriculture, la superficie moyenne consacrée aux oléagineux en 2017-2018 est de 35.000 ha. Le Maroc consomme annuellement près de 600.000 tonnes d’huiles de graines, dont plus de 90% sont importées.

La production mondiale d’oléagineux 2019/20 est estimée à 575 millions de tonnes, presque inchangée par rapport à Décembre avec une augmentation des récoltes de soja et de tournesol compensant le déclin du palmiste, graines de coton et colza. Ainsi, dans un rapport du Département de l’agriculture des Etats-Unis, le Maroc est le 6ème importateur d’huile de soja avec 520 tonnes. Il vient ainsi après le Pérou qui se place 5ème avec une importation de 525 tonnes.

 

Regardez aussi

Tétouan : une formation sur la fabrication de cuiseurs solaires au profit des agriculteurs

Ouarzazate : des formations au profit des agriculteurs

Ouarzazate : des formations au profit des agriculteurs de la commune de Siroua. Plusieurs sessions …

Un commentaire

  1. La consommation régulière d’huile de soja entraîne des changements génétiques dans le cerveau et pourrait ainsi affecter le risque de troubles neurologiques comme l’autisme, la maladie d’Alzheimer, l’anxiété et la dépression.
    Cette huile fréquemment utilisée pour la friture de restauration rapide ou dans la préparation des aliments transformés (Voir visuel ci-dessous) est déjà documentée comme facteur de risque accru d’obésité et de diabète. L’étude de l’Université de Californie – Riverside montre que sa consommation régulière entraîne aussi des changements génétiques dans le cerveau et pourrait ainsi affecter le risque de troubles neurologiques comme l’autisme, la maladie d’Alzheimer, l’anxiété et la dépression. Des conclusions étayées dans la revue Endocrinology, avec des implications personnelles, l’importance du choix des acides gras, dans le régime alimentaire de base et considérables pour la santé publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *