Accueil / Actualités / Actu internationales / La Commission européenne renouvelle l’autorisation du glyphosate !

La Commission européenne renouvelle l’autorisation du glyphosate !

La Commission européenne renouvelle l’autorisation du glyphosate !

La Commission européenne va proposer le renouvellement de l’autorisation du glyphosate, une matière active utilisée dans les pesticides dont le risque pour la santé fait l’objet d’une polémique.

La Commission européenne va proposer le renouvellement du glyphosate pour 15 ans, a indiqué à AFP une source auprès de l’exécutif européen. Un vote doit se tenir à la majorité qualifiée au sein d’un comité d’experts, représentants les Etats membres, les 7 et 8 mars 2016.

L’autorisation de l’Union européenne pour cette substance expire à la fin juin. La proposition stipule des limitations sur les coformulants (qui composent avec la substance active, selon différentes formulations, un pesticide) ainsi que l’interdiction du POE-tallow amine, un coformulant qui favorise la pénétration de la substance active dans les végétaux, a indiqué AFP ajoutant que la Commission appuie son choix sur l’avis donné en novembre par l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), qui a jugé improbable le risque cancérogène du glyphosate.

Cet avis avait donné lieu à une polémique, quelques mois après qu’une agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Centre international pour le Cancer (CIRC), eut déclaré la substance cancérogène probable. Selon l’EFSA, la différence est qu’elle ne s’est penchée que sur la substance chimique individuelle, tandis que le CIRC évalue des formulations.

« Il est scandaleux que la Commission européenne soit disposée à simplement ignorer les inquiétudes scientifiques conséquentes exprimées sur les risques pour la santé du glyphosate et, à la place, propose de continuer à autoriser son utilisation pour quinze ans de plus », a déploré l’eurodéputé du groupe Verts-ALE Martin Häusling dans un communiqué. Sa collègue des Verts, Michèle Rivasi, a regretté que ni la condamnation de la Cour de justice de l’UE contre la Commission pour ne pas avoir défini des critères encadrant les perturbateurs endocriniens, ni le principe de précaution, ni la santé publique ne semblent faire le poids pour contrecarrer l’influence de l’industrie chimique, indique toujours AFP.

La Commission garde le droit de réévaluer, à tout moment, la décision, alors que de nouveaux travaux scientifiques sont attendus dans les prochains mois, à la fois au sein de l’Union européenne et à l’étranger.

Regardez aussi

Maroc : Le potentiel de la figue de barbarie et de son huile dévoilé

Maroc : Le potentiel de la figue de barbarie et de son huile dévoilé

L’huile de graines de figue de barbarie vaut 1000 dollars le litre sur les marchés …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *