AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu internationales / Engrais : L’Espagne pourrait dépendre du Maroc ?
Maroc Chine développement engrais nouvelle génération
Engrais - photo :DR

Engrais : L’Espagne pourrait dépendre du Maroc ?

A cause de la pénurie d’engrais due à la hausse du prix des hydrocarbures, l’Espagne risque de recourir davantage aux engrais marocains.

L’Espagne se dirige tout droit vers une dépendance accrue des engrais du Maroc, à cause de la pénurie d’engrais, suite à l’augmentation du coût des matières premières et de l’énergie.

le coût des engrais a augmenté de 110 %

Lors d’un forum à Huesca, le mercredi 19 octobre 2022, le ministre de l’Agriculture, Luis Planas, a expliqué que 50 % des installations de production d’engrais sont désormais fermées ou ont réduit leurs productions habituelles, à cause de l’augmentation du coût des hydrocarbures, qui est aussi responsable de la flambée du prix des engrais, dont dépendent essentiellement plusieurs cultures espagnoles.

De ce fait, une enquête de la direction générale de l’agriculture et du développement rural, sous-couverte de la Commission européenne, a révélé que le coût des engrais a augmenté de 110 %, relativement à 2019, à cause de l’augmentation du coût de la chaîne de production des engrais de synthèse, qui, selon Eurosat, sont les plus utilisés, une augmentation entraînée par la flambée du prix du gaz naturel, explique de son côté Juan Pardo, président de l’Association espagnole du commerce des engrais (ACEFER).

En outre, pour Fertilisants Europe, l’association européenne des fabricants d’engrais, près de 70 % de la production européenne d’ammoniac est à l’arrêt depuis août, en raison des prix très élevés du gaz. Par conséquent, selon le président de l’ANFFE ( Association nationale des fabricants d’engrais ), les produits importants pour le secteur agroalimentaire européen pourraient manquer, en conduisant le pays à dépendre de plus en plus des pays tiers.

Effectivement, on note 13,9 % d’engrais marocains, 10,7 % de Belgique, 8 % du Portugal et 3,7 % d’engrais russes, reçus par l’Espagne en 2020. Cependant, faut-il pratiquer d’autres cultures qui n’ont pas besoin d’engrais, comme le tournesol et les légumineuses ? C’est la question que se posent les agriculteurs d’Espagne, qui hésitent pour le moment à planifier leurs cultures, car ils ne savent toujours pas de combien sera l’augmentation des prix, explique un expert de l’Union des Petits Agriculteurs ( UPA ).

Partager

Regardez aussi

sadiki iav 2024

Ouverture de la 3ème édition du Salon de l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II

Le salon de l’IAV Hassan II constitue une plateforme propice de rencontres entre les étudiants, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *