Accueil / Technique / Dossier / Tomates : comment la robotisation de la production peut améliorer la sécurité alimentaire ?
robotisation production tomates

Tomates : comment la robotisation de la production peut améliorer la sécurité alimentaire ?

Étude sur la façon dont la robotisation de la production de tomates pourrait améliorer la sécurité alimentaire.

Le monde est confronté à un problème d’insécurité alimentaire en raison de la pénurie de main-d’œuvre et de la croissance démographique mondiale. Par ailleurs, la robotisation de la production végétale, y compris celle de tomates, constitue un moyen pour stimuler la production alimentaire, grâce à une conservation efficace de la main-d’œuvre. Dans cette optique, une étude a été réalisée pour optimiser les performances des récolteuses robotisées de fruits de tomates, à travers des pratiques de terrain (traitements pré-récolte).

Des tomates (Cv. UC82B) ont été cultivées selon quatre grandes pratiques au champ, à savoir: le contrôle, le traitement organique, le traitement inorganique au nitrate de potassium (KNO 3) et le traitement combiné utilisant la combinaison de fumier de compost et de KNO 3. Par la suite, celles-ci ont été récoltées au stade de maturité “rose” et ont été soumises à un test de compression, en utilisant la machine d’essai universelle, à trois vitesses de compression de 15 mm / min ; 20 mm / min et 25 mm / min.

Les résultats de l’étude

Les résultats de l’étude ont montré que les pratiques sur le terrain et la vitesse de compression (p ≤0,05) affectaient de manière significative les paramètres de rupture (force de rupture, énergie de rupture et déformation) des produits agricoles en question.

Lire aussi : Le Maroc devient le 3e fournisseur de tomates de l’UE avec plus de 373.000 tonnes

Quelle que soit la vitesse de compression, les fruits produits avec un traitement combiné présentaient les paramètres d’échec les plus élevés; tandis que les fruits témoins ont développé les paramètres de moindre échec. Les tomates produites en utilisant le traitement combiné ont développé une force de rupture, une énergie de rupture et une déformation de 87,60 N, 701,97 N.mm et 16,88 mm, respectivement.

En termes de vitesse de compression, l’étude a révélé que la capacité des fruits à réduire la force de compression diminuait de manière significative, car la vitesse de compression augmentait de 15 mm / min à 25 mm / min, sur les quatre régimes de traitement. Ces résultats seront utiles lors de la programmation et de l’application de robots de récolte automatique de tomates, pour optimiser leur efficacité, améliorant ainsi les conditions de sécurité alimentaire.

Source : researchgate

Regardez aussi

Apiculture production miel Casablanca-Settat

L’apiculture, un créneau pour l’amélioration du revenu agricole

Comment l’apiculture s’impose comme un créneau pour l’amélioration du revenu agricole. La filière apicole au …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *