Accueil / Technique / Dossier / Comment réduire le stress thermique chez la tomate par application de soufre ?
Comment réduire le stress thermique chez la tomate par application de soufre ?
Comment réduire le stress thermique chez la tomate par application de soufre ?

Comment réduire le stress thermique chez la tomate par application de soufre ?

Étude sur la réduction du stress thermique chez la tomate par application de soufre.

La température est un facteur clé influençant la croissance et la productivité des plantes, mais des augmentations soudaines de température peuvent avoir de graves conséquences sur les performances des cultures. Cette étude évalue l’influence de l’application de soufre élémentaire sur la physiologie et la croissance de deux génotypes de tomates (“Ahmar” et “Roma”) cultivés dans deux chambres de croissance (à 25 et 45 ° C) et son effet sur le stress thermique.

Dans le cadre de cette étude, les plantes ont été pulvérisées avec 2, 4, 6 et 8 ppm de soufre 45 jours après le semis (les plantes non traitées ont été conservées comme témoin). Les plantes du cultivar “Roma” recevant 6 ppm de soufre présentaient des valeurs maximales de biomasse de pousses et de racines suivies de celles recevant 4 ppm dans les deux conditions de température.

Lire aussi : Tomates: L’Espagne se sent de plus en plus menacée par le Maroc

Les valeurs maximales de l’indice de CO2, du taux de photosynthèse, de la vitesse de transpiration et de l’indice de verdure (188,1 µmol mol −1, 36,3 µmol de CO2 m −2 s −1, 1,8 µmol H2O m −2 s −1 et 95 SPAD, respectivement) ont été observées dans les plantes du cultivar “Roma” cultivées à 25 ° C, indiquant des influences positives du soufre sur la physiologie de la tomate.

De même, le soufre maximisait les teneurs en proline, azote, phosphore et potassium des feuilles des deux génotypes aux deux températures. Les différences entre les plantes témoins et les plantes traitées au soufre cultivées sous stress thermique indiquent un rôle possible du soufre dans l’atténuation du stress thermique.

Dans l’ensemble, les résultats suggèrent que 6 ppm de soufre est la meilleure dose pour atténuer le stress thermique de la tomate et améliorer les attributs morphologiques, physiologiques et biochimiques des plants de tomates.

Regardez aussi

Nouvelle tendance, les légumes dans les villes

L’agriculture urbaine, un agrobusiness au service des villes ?

L’agriculture urbaine, un agrobusiness au service des villes ? Agriculture et villes, deux termes qui …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *