Accueil / Actualités / Actu Maroc / Les programmes de développement agricole du Maroc ne font pas l’unanimité
Selon le Dr Yussef Ben-Meir, les programmes de développement agricole du Maroc ne font pas l'unanimité
Selon le Dr Yussef Ben-Meir, les programmes de développement agricole du Maroc ne font pas l'unanimité

Les programmes de développement agricole du Maroc ne font pas l’unanimité

Selon le Dr Yossef Ben-Meir, les programmes de développement agricole du Maroc ne font pas l’unanimité

Ces dernières années, le Maroc a mis en place les bons cadres pour mobiliser les communautés rurales pour faire avancer les objectifs de développement durable (ODD) du pays. Cependant, il y a une terrible insuffisance en ce qui concerne la mise en œuvre notamment dans le secteur agricole.

Ainsi, en tant que personne engagée dans le développement rural au Maroc depuis 26 ans, le Dr Yossef Ben-Meir revient sur comment ces cadres peuvent fonctionner ensemble et se compléter.

Les programmes de développement agricole du Maroc visant à promouvoir la culture, la transformation et la commercialisation des produits ne font pas une différence suffisante pour la majorité des familles qui cultivent cinq hectares ou moins de terres et qui connaissent une pauvreté insurmontable.

Malgré l’immense potentiel local et national, la pauvreté rurale est le «talon d’Achille» de la stabilité et de la prospérité du Maroc. Engager et autonomiser les communautés locales grâce à des subventions financières et des contributions techniques est le meilleur moyen de lutter avec succès contre la pauvreté systémique qui affecte la plupart des ménages ruraux tout au long de la chaîne de valeur agricole – des pépinières à la transformation.

Qu’en est-il des programmes et des agriculteurs familiaux

Les programmes agricoles exercent naturellement une pression sur toute la chaîne de valeur en amont des produits bruts et transformés. Les agriculteurs familiaux perdent une valeur énorme en raison de la dépendance des arbres et des semences, de l’inefficacité de l’irrigation, des coopératives inefficaces et de la vente par les canaux traditionnels du marché local.

La grande majorité des familles d’agriculteurs n’ont pas la capacité de production, les partenariats et les moyens d’ajouter de la valeur. Elle ne peuvent pas atteindre un niveau et une qualité cohérents nécessaires pour pénétrer des marchés plus gratifiants.

Ces barrières étouffantes maintiennent le revenu moyen des ménages à un cinquième de ce qu’il pourrait être si un système viable était en place, selon les calculs de Ben-Meir. Ainsi, l’épargne, les revenus et les revenus potentiels des ruraux pour le réinvestissement ne servent qu’à améliorer les moyens de subsistance ailleurs alors qu’ils ne récoltent eux-mêmes aucun avantage.

Assurer et étendre les infrastructures d’irrigation rurale doit être la priorité absolue. Les populations locales sont profondément frustrées par les progrès anémiques réalisés dans la mise en œuvre des projets de développement rural.

 

Regardez aussi

Souss-Massa-Sensibilisation-de-plus-de-6000-agriculteurs-au-Covid-19

Souss-Massa : Sensibilisation de plus de 6.000 agriculteurs au Covid-19

Cette campagne de sensibilisation devrait toucher plus de 6.000 agriculteurs de la région de Souss-Massa. …

Un commentaire

  1. Avatar

    More than 70% of farmers in Morocco work fewer than five hectares, but this accounts for only a quarter of the total land under cultivation. The large farms dominate the fertile areas and are owned by country elites, generating more substantial income, earning approximately nine times more than the average family farm. Many small farms face problems that make it difficult to increase their earnings, including ambiguous land ownership, a lack of infrastructure or access to credit, and poor technical and marketing support. Without registered land, small farmers cannot benefit from government programs, and even with registered land, many programs favor larger farms only.
    I am one of the small farmers, I bought 2 imported cows for milk production, expecting subsidy from the Government. I visited every office from Meknes and Hajeb and until today, I received NOTHING. I installed the “drip irrigation” and went through the same process, and still “Nothing”. The administrative process is SO complicated, rejection is the norm by the officers in charge.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *