AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
samedi 3 décembre 2022
Accueil / Actualités / Actu Maroc / Concombre : Une opportunité pour les producteurs marocains ?

Concombre : Une opportunité pour les producteurs marocains ?

Europe : La «crise du concombre» arrive, serait-ce une opportunité pour les producteurs marocains ?

Les serres de légumes en Europe ont réduit leur production en raison des factures de gaz. Le déséquilibre prédit un rebond des prix pour les producteurs,  serait-ce une opportunité pour nos agriculteurs ?

Doit-on s’attendre à une crise du concombre ? Ce légume originaire d’Inde de la même famille que le melon ou la courge est actuellement au cœur des préoccupations. En effet, les serres modernes déployées en Hollande, en Allemagne ou au Royaume-Uni vont réduire leur production en raison des prix de plus en plus important du gaz.

Ces serres ont servi ces dernières années à couvrir une partie de la demande de produits frais en Europe. Mais depuis l’invasion russe de l’Ukraine et ses effets sur le marché de l’énergie. Sans parler dorénavant des sabotages des gazoducs Nord Stream 1 et 2 dont on ne sait pas encore l’origine exacte, de nombreux professionnels annoncent un ralentissement de la production, notamment dans les pays à températures plus basses.

Plusieurs producteurs anglais avaient d’ailleurs envisagé de délocaliser leurs productions au Maroc ou dans des pays plus chauds afin de contrer cette tendance.

Un professionnel interrogé sur le Financial Times annonçait même que « 75 % à 80 % des producteurs de salades ne pourront pas semer en raison du coût élevé de la facture énergétique des serres. Aux Pays-Bas, « beaucoup de serres s’éteignent ».

Conséquence immédiate : les prix vont fortement augmenter et la demande sera énorme car même si les prix des matières premières augmentent, elles vont aussi permettre des marges plus importantes pour les agriculteurs.

Lire aussi : 85% des concombres importés par l’Espagne, provient du Maroc

Comme toute réflexion sur les tendances du marché, rappelons que les données sont à analyser avec prudence avant de s’orienter vers une culture ou une autre. Restant le choix et l’anticipation de l’agriculteur lui même.

Regardez aussi

Poivrons-Les-exportations-marocaines-vers-l-Espagne-ont-augmenté-de-210-%

UE : De nombreuses alertes sur les fruits et légumes de Turquie

La plupart de ces notifications concernaient le poivron (85), suivi du citron et du raisin …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.