×
AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
dimanche 14 août 2022
Accueil / Actualités / Pour un agriculteur, le marché de la poire doit se réinventer
Poire Rosemary select / ©Sherwood Farm
Poire Rosemary select / ©Sherwood Farm - PH : Freshplaza

Pour un agriculteur, le marché de la poire doit se réinventer

Pour un agriculteur, le marché de la poire doit se réinventer s’il veut perdurer.

Un ancien grossiste sur le marché de Rungis en France a décidé de sauter le pas et de devenir agriculteur. Olivier Mauduit a donc acheté en Afrique du Sud, une ferme de 20 hectares il y a 3 ans avec l’objectif de produire de la poire rouge pour l’export.

C’est une histoire peu commune que celle d’Olivier Mauduit, un nouveau départ donc pour changer de vie mais aussi pour saisir une opportunité : pour le désormais agriculteur, le marché de la poire doit se réinventer.

« Nous produisons sur la ferme deux variétés de poires sud-africaines : la Cheeky qui est une poire de coloration rouge bordeaux, et la Rosemarie Select, une poire blushée orange. Ce sont toutes deux des variétés nouvelles, donc avec moins de retour d’expériences agronomiques, que des variétés plus communes, mais qui ont un gros potentiel commercial. Nous avons fait ce choix car si le marché de la pomme est très dynamique en termes d’innovation, ce n’est absolument pas le cas de celui de la poire. Or, mes années d’expériences sur le carreau m’ont montré que la poire est un fruit qui a du mal à attirer les jeunes générations. Bien que certaines variétés soient gustativement intéressantes, au niveau visuel, il y a encore beaucoup de travail à accomplir. Pourtant aujourd’hui, c’est l’œil qui commande. La qualité visuelle est le critère numéro 1 qui pousse le consommateur à l’acte d’achat, surtout s’il est jeune, mais c’est le gustatif qui le fera revenir. Ces nouvelles variétés créeront un regain, dans la consommation de la poire » indique l’agriculteur à nos confrères de Freshplaza.

Cette année l’agriculteur compte commercialiser 80 tonnes puisque l’entrée en production réelle sera pour 2022. A partir de janvier il estime pouvoir répondre à des marchés exigeants :l’Europe, l’Asie et le Moyen-Orient tout en garantissant pouvoir assurer rapidement un volume de plus en plus important à ses acheteurs. La demande est là, le marché répond, une belle succès story en perspective !

Regardez aussi

Kenya bientôt ouverture une usine engrais avec 27 millions dollars

Russie-Afrique : Uralchem s’apprête à livrer gratuitement 25 000 tonnes d’engrais à l’Afrique

Pour contribuer à la sécurité alimentaire mondiale et à la lutte contre la faim, la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.