Accueil / Actualités / Actu Maroc / Pastèque : ces fausses rumeurs qui font du mal
Pastèque marocaine, ces rumeurs qui tuent les agriculteurs à petit feu

Pastèque : ces fausses rumeurs qui font du mal

Les agriculteurs marocains souffrent des fausses rumeurs autour de la pastèque.

La pastèque marocaine subit des rumeurs infondées et totalement farfelues ces derniers temps, suscitant une méfiance et un désintérêt des consommateurs. Un récent démenti de l’ONSSA a même totalement démonté ces rumeurs.

De fausses rumeurs véhiculées sur les réseaux sociaux, ont conduit à la méfiance des consommateurs, vis à vis des pastèques marocaines qui peinent à se vendre sur le marché national, en dépit de la baisse des prix due notamment à la faible demande et à la surproduction constatée cette année. Ces fruits, très prisés, se bradent sur le marché à des prix indécents cette année, de 1,50 Dh voire à 1 DH le kilo.

Lire aussi : Forte demande des pastèques marocaines en Allemagne

Une situation que déplore Ahmed Mouflih, directeur de Fédération interprofessionnelle Marocaine de Production et d’exportation des fruits et légumes (FIFEL), qui trouve «honteux» et «scandaleux» le fait que des gens, «de par leur ignorance», induisent en erreur beaucoup de personnes et sapent une activité économique du pays.

En effet, les agriculteurs demeurent les vrais perdants dans cette histoire. Ces derniers ont contracté des crédits pour investir dans la culture de pastèque et ces rumeurs rendront, probablement, difficile le retour sur investissement.

Par ailleurs, pour M. Mouflih, pour ceux qui ont lancé cette «rumeur empoisonnante» pour la filière de la pastèque «doivent en répondre légalement». Et pour cause, les photos et images qui circulent sur les réseaux sociaux et qui servent de « preuves » aux véhiculeurs de fake news n’ont rien à voir avec le Maroc.

«Il s’agit à l’origine de photos anciennes qui ont circulé en 2018 et 2020 sur les réseaux sociaux et publiées auparavant sur des pages Facebook de certains pays arabes et maghrébins», précise l’ONSSA.

Source : consonews

Regardez aussi

Olivier: Les besoins en eau d’irrigation

Génération Green: Vers la plantation de 30.000 hectares d’oliviers à Tanger

Région TTA/Génération Green: Vers la plantation de 30.000 hectares d’oliviers. La direction régionale de l’Agriculture …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *