Accueil / Actualités / Actu Maroc / L’ONSSA dément des rumeurs sur la pastèque marocaine
ONSSA : la pastèque marocaine n'est pas cultivée avec des semences OGM
ONSSA : la pastèque marocaine n'est pas cultivée avec des semences OGM

L’ONSSA dément des rumeurs sur la pastèque marocaine

Rumeurs : La culture de la pastèque marocaine ne se fait pas avec des semences génétiquement modifiées.

Les rumeurs font mal aux agriculteurs et aux professionnels du secteur. Aussi il était crucial pour l’Office National de Sécurité Sanitaire des Produits Alimentaires (ONSSA) de réagir comme elle l’a fait dernièrement pour affirmer que les semences végétales utilisées au Maroc dans la culture de pastèque ne sont pas génétiquement modifiées, précisant que l’importation des différentes espèces végétales est conditionnée par une autorisation préalable. Eclairage.

« L’ONSSA informe l’opinion publique que les semences végétales utilisées au Maroc dans la culture de pastèque ne sont pas génétiquement modifiées », rassure l’ONSSA dans une mise au point publiée suite à la diffusion de certaines rumeurs sur les réseaux sociaux concernant la culture de pastèque issue d’organismes génétiquement modifiés (OGM) dans la région de Zagora, connue pour son climat favorable à la production précoce de ce produit agricole.

Lire aussi : Espagne : les agriculteurs misent sur la mini-pastèque pour concurrencer le Maroc

L’ONSSA exige que l’importation des variétés végétales, y compris les semences de pastèque, soit assujettie à son autorisation, souligne la mise au point publiée sur le site de l’Office et rapportée par la MAP, relevant que les importateurs de variétés végétales sont tenus de présenter, lors de l’importation, une déclaration délivrée par l’obtenteur du pays d’origine, attestant qu’elles ne sont pas génétiquement modifiées.

Par ailleurs, la variété végétale destinée à la commercialisation au niveau national doit être préalablement inscrite au Catalogue officiel des variétés cultivables au Maroc après avoir rempli toutes les conditions demandées, y compris une déclaration attestant que la variété n’est pas génétiquement modifiée, précise la même source.

De plus, la variété en question doit être soumise à des expérimentations des services concernés de l’ONSSA qui prouvent son authenticité, sa rentabilité et son adéquation aux conditions pédoclimatiques du Maroc, conclut la même source.

Avec MAP

Regardez aussi

Europe : les producteurs se liguent contre les importations de tomates marocaines

Europe : les producteurs se liguent contre les importations de tomates marocaines

La guerre contre les importations de tomates marocaines fait rage en Europe. L’acharnement des producteurs …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *