Accueil / Actualités / Actu internationales / Moyen-Orient : la pénurie d’eau pourrait faire baisser le PIB de 10%
Moyen-Orient : la pénurie eau pourrait faire baisser le PIB de 10%
Moyen-Orient : la pénurie d'eau pourrait faire baisser le PIB de 10%.

Moyen-Orient : la pénurie d’eau pourrait faire baisser le PIB de 10%

La pénurie d’eau et la réduction du rendement des cultures pourraient faire baisser le PIB de 10% au Moyen-Orient.

Au Moyen-Orient, l’eau profite largement aux activités agricoles et la région a connu une baisse des précipitations au fil du temps. En plus de ces contraintes, la région rencontre des problèmes de croissance démographique, de développement économique et des effets du changement climatique, ce qui menace les ressources en eau disponibles et leur production agricole.

Pour comprendre si ces impacts peuvent s’atténuer avec le temps, une équipe d’économistes agricoles de l’Université Purdue a évalué les impacts économiques de la rareté de l’eau induite par le changement climatique et de l’évolution des rendements des cultures pour six pays du Moyen-Orient dans un rapport de recherche soutenu par le Groupe de la Banque mondiale.

Lire aussi : La pénurie d’eau menace t-elle l’agriculture marocaine ?

«Le message est clair», déclare Farzad Taheripour, professeur d’économie agricole et chercheur principal sur le rapport. «À moins de promouvoir des politiques nouvelles et transformatrices pour une gestion durable, efficace et coopérative de l’eau, la pénurie d’eau aura un impact négatif sur les perspectives économiques de la région et sapera son capital humain et naturel.»

Les chercheurs ont, en effet, constaté qu’une réduction de 20% de l’approvisionnement en eau et des changements dans les rendements des cultures induits par le changement climatique pourraient réduire le PIB jusqu’à 10% dans la région du Moyen-Orient. En outre, une pénurie d’eau accrue pourrait réduire la demande de main-d’œuvre jusqu’à 12%, en particulier dans les secteurs agricoles, et entraîner des changements importants dans l’utilisation des terres, y compris la conversion des pâturages naturels et des forêts en terres cultivées dans des zones moins stressées en eau dans chaque pays.

 

Regardez aussi

La recherche agronomique peut être capitale pour la filière biologique

La recherche agronomique peut être capitale pour la filière biologique

La recherche agronomique peut être d’une aide précieuse pour le secteur biologique au Maroc. Dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *