Accueil / Technique / Dossier / Aperçu du marché mondial du kaki
Aperçu du marché mondial du kaki
Aperçu du marché mondial du kaki.

Aperçu du marché mondial du kaki

Le prix de vente du kaki affiche une tendance à la hausse partout sauf en Italie.

Dans l’hémisphère nord, la récolte du kaki a repris en septembre-octobre. Ces derniers jours, la demande a augmenté, si bien que les négociants ont obtenu des prix intéressants. Les prix sont plus élevés que l’année dernière pratiquement partout, notamment en raison de la forte réduction de la production espagnole. Réduction indispensable, étant donné de mauvais prix suite à la récolte record.

Toutefois, en Italie, les ventes du produit domestique sont lentes et les prix affichent au contraire une tendance à la baisse. Les kakis australiens ont quant à eux été exportés en Thaïlande pour la première fois cette année.

Espagne : réduction substantielle de la récolte

La saison du kaki Rojo Brillante espagnol a débuté en septembre. Les résultats commerciaux désastreux de l’année dernière, qui ont coïncidé avec une récolte record, ont entraîné une réduction de la superficie d’environ 6 %. Cette année, le volume de production a été considérablement réduit en raison de la diminution des surfaces et des cultures affectées de diverses manières par la présence croissante de parasites dans la région de Valence, principale zone de production de ce produit agricole en Espagne.

Lire aussi : La conduite technique de la culture du kaki au Maroc

Cette situation et les mauvaises conditions météorologiques (tempêtes et grêle) ont fait chuter la récolte de 45 % par rapport aux 450 000 tonnes récoltées l’année dernière. Les inondations survenues à Valence il y a deux semaines ont encore fait baisser les volumes, et l’impossibilité de se rendre dans les champs a entraîné une baisse sensible de l’offre, qui s’est traduite par une augmentation de la demande et des prix. En termes de qualité, les calibres sont généralement plus gros cette année et, en raison des dégâts causés par la tempête, on observe une abondance de fruits de seconde catégorie.

Bien que les prix perçus par les producteurs soient plus élevés comparés à la même période la saison dernière, l’augmentation des coûts de lutte contre les parasites pèse lourdement sur la rentabilité. En quelques campagnes seulement, le nombre de parasites attaquant les cultures de kaki a augmenté de manière exponentielle. La restriction de l’utilisation des produits phytosanitaires par les agences gouvernementales fait que des parasites tels que la cochenille ou l’aleurode, ou des champignons comme le Mycosphaerella continuent de proliférer de manière incontrôlée.

Pays-Bas : des prix en hausse

Des averses dans les zones de production espagnoles au début de ce mois ont causé des dégâts considérables. Résultat : les prix du kaki ont grimpé en flèche. « La semaine dernière, je les vendais 80/90 cents le kilo ; maintenant, on les a fait passer à 1,20 / 1,25 », indique un importateur néerlandais. « Il y a surtout un manque de petits formats qui se vendent généralement dans les supermarchés ».

Belgique : popularité croissante des kakis

La saison du kaki vient de commencer. C’est un produit qui gagne en popularité mais qui n’est pas encore bien connu des consommateurs belges. Selon un commerçant du pays, les kakis sont surtout connus des Belges issus de l’immigration. Plusieurs commerçants tentent de faire connaître le produit à un plus grand nombre de consommateurs, ce qui se répercute sur leurs ventes. L’offre est toutefois actuellement supérieure à la demande. Outre le manque de popularité du fruit, la disparité de la qualité et de l’offre constituent également des défis pour le produit. Si ce problème venait à être résolu, un commerçant belge envisage un avenir prometteur pour les kakis en Belgique.

Allemagne : légère pénurie de kakis

On observe actuellement une légère pénurie de kakis espagnols sur le marché allemand. « Les volumes sont environ 30 à 40 % inférieurs à ce qu’ils sont habituellement pour cette période de l’année. Cela se remarque bien sûr dans le commerce », indique un grossiste. Ils espèrent maintenant que le marché sera de nouveau un peu plus actif, car la saison ne devrait pas durer longtemps.

« Je pense que la campagne se terminera dans environ cinq semaines. Dès que les meilleures variétés d’agrumes seront sur le marché à la mi-décembre, les kakis sont généralement rapidement délaissés ».

Suisse : les kakis biologiques semblent être insuffisants sur le marché

En Suisse, le travail a commencé pour la première fois cette année avec des kakis biologiques provenant de producteurs grecs. La force motrice du projet est la société Gebana AG, qui s’adresse principalement aux consommateurs et aux petits grossistes. En semaine 45, une livraison test de 240 boîtes de la variété Hana Fuyu est arrivée en Suisse. Cette livraison a été écoulée en un rien de temps. « Nous analysons actuellement les réactions de nos clients et, sur cette base, nous allons décider d’étendre cette division de produits au cours de l’année à venir. Il semble qu’il y ait une demande pour les kakis biologiques, en tout cas ».

France : augmentation des ventes à l’approche de Noël

Début octobre, les premiers kakis d’Espagne ont commencé à arriver sur le marché français. Bien qu’il y ait eu une réduction de 20 à 25 % du volume des kakis en Espagne, cela ne semble pas avoir d’impact sur le marché de gros français de Rungis. Les ventes sont calmes pour l’instant, mais la demande a augmenté au cours des dix derniers jours. Le prix de vente moyen est actuellement plus élevé que l’année dernière, avec une différence de prix d’environ 0,30 euro/kg.

Italie : les ventes sont lentes et les prix sont en déclin

Bien que la récolte du kaki soit bonne en Italie, les ventes sont plutôt décevantes cette année. Les détaillants ne prennent pas beaucoup de kakis italiens ; le commerce sur les marchés de gros est lent et les prix sont en baisse, rapporte un commerçant du nord de l’Italie. Les prix des kakis sont également en baisse sur le marché de gros en Campanie. Cette tendance a commencé à la fin du mois d’octobre ; avant cela, les résultats étaient satisfaisants.

Les précipitations de ces derniers jours ont aggravé la situation, car la qualité s’est détériorée et la durée de conservation des fruits a diminué à son tour. Ceci est surtout vrai pour les Persimons. Pour le kaki Vaniglia, la situation a été totalement désastreuse, les prix n’ont pas décollé. La situation ne fut guère meilleure pour le Rojo Brillante. Par rapport à la même période l’année dernière, les prix ont chuté de 10 %. Les ventes de kakis sont bien meilleures dans le centre de l’Italie.

En Sicile, le kaki Mela continuera d’être produit jusqu’à la fin du mois de décembre. Les tailles sont petites cette année par rapport au concurrent espagnol, mais le goût est bon et la qualité constante. Cela vaut également pour le Rojo Brillante qui est cultivé en Calabre. Les prix des fruits siciliens payés par les supermarchés s’élèvent désormais à 1,20 euro/kg. Sur le marché de gros, ils s’élèvent à 0,85-0,90 euro/kg.

États-Unis : une demande légèrement plus forte que l’année dernière

La Californie est actuellement en pleine saison du kaki, avec une récolte abondante des variétés Hachiya et Fuyu, principalement dans la Central Valley. Le rendement de cette année est comparable à celui de la saison 2019 avec une large gamme de tailles disponibles. Les producteurs signalent que la demande sur le marché est bonne. En effet, il s’agit d’un type de fruit qui se vend principalement au détail. La demande semble donc être un peu plus forte que la saison dernière, aux dires de certains commerçants. Les prix sont comparables à ceux de l’année dernière et devraient rester stables, si le temps le permet.

Canada : la consommation de kakis espagnols en hausse

Sur le marché canadien, les kakis Rojo Brilliante sont importés d’Espagne. Cette année, les importations ont commencé plus tôt que d’habitude, au début du mois d’octobre, et non à la fin du mois. La saison se termine à la fin du mois de décembre ; cependant, certains importateurs canadiens utilisent des chambres qui leur permettent de prolonger la saison jusqu’en janvier ou février. La demande de kakis au Canada est plus élevée que l’année dernière et les canaux de distribution absorbent bien l’offre du début de saison.

« Ce fruit est de plus en plus populaire et nous le constatons dans ses ventes », a déclaré un importateur québécois. La demande plus élevée est le résultat de promotions et de campagnes publicitaires menées au Canada pour promouvoir le fruit espagnol. Les emballages contenant plusieurs kakis se vendent bien actuellement sur le marché.

Cependant, une augmentation des prix est attendue suite aux mesures prises pour contenir le coronavirus dans le pays. En effet, les entrepôts ne peuvent pas fonctionner à pleine capacité et cela se reflétera dans le prix. Il devrait augmenter dans les prochains jours.

Égypte : très peu d’exportations

Cette année, il n’y aura pas d’exportations de kakis égyptiens vers d’autres marchés. De nombreux vergers du pays vieillissent, ce qui signifie que les rendements sont faibles. Les kakis disponibles sont donc principalement destinés au marché intérieur. Le peu qui est exporté va vers les pays du Golfe.

Afrique du Sud : aucune prévision possible pour l’instant

La saison sud-africaine ne reprendra qu’en avril 2021. Il y a trois semaines, la floraison a repris, mais il est encore trop tôt pour faire des prévisions pour la prochaine saison sur cette seule base. La superficie en Afrique du Sud (cultures situées principalement dans la province du Cap-Occidental) reste stable et ne s’étend pas vraiment.

Chine : les prix du marché ont légèrement augmenté par rapport à la saison dernière

La principale région de production du kaki en Chine se trouve dans le Fuping, dans la province du Shaanxi, qui présente des conditions idéales pour la culture de ce fruit. La superficie totale est de 6 667 hectares.

Toutefois, les kakis du Fuping sont principalement destinés au séchage et non à la consommation en frais. En effet, les kakis frais ne sont pas très populaires auprès des consommateurs chinois. Le prix des kakis sera plus élevé cette année, bien que la situation du marché des produits frais en Chine soit actuellement bien meilleure qu’elle ne l’était au premier semestre de cette année.

Australie : premier envoi de kakis en Thaïlande

L’Australie reste un petit producteur de kakis, qui représente moins de 1 % de la production mondiale. La saison s’étend de la fin février à la mi-juin. Selon les derniers chiffres de Hort Innovation, la production a légèrement augmenté (+3 %) par rapport à l’année dernière, pour atteindre 2 600 tonnes. Au début de l’année, l’Australie a exporté avec succès sa première cargaison de kakis vers la Thaïlande dans le cadre d’un nouveau protocole. La cargaison a été acheminée par fret aérien sur l’un des rares vols restants à destination de Bangkok.

En raison du coronavirus, le trafic aérien entre les deux pays a été considérablement réduit. Il s’agissait de la première expédition de produits frais d’Australie vers la Thaïlande utilisant une irradiation phytosanitaire sans produits chimiques ni chaleur. Persimmons Australia espère que le succès de cette expédition permettra d’étendre le protocole à d’autres pays, car les fruits de cette première expédition ont été vendus rapidement après leur arrivée.

Nouvelle-Zélande : légère baisse des exportations de kaki

Malgré les défis posés par le coronavirus, les producteurs de kakis néo-zélandais ont réussi à produire 1 200 tonnes pour la saison 2020. C’est à peine moins que les 1 600 tonnes de la saison 2019. En ce qui concerne les exportations, la Nouvelle-Zélande a expédié 408 tonnes vers l’Australie, 211 tonnes vers Singapour, 162 tonnes vers la Thaïlande, 94 tonnes vers la Malaisie, 67 tonnes vers Hong Kong, 59 tonnes vers le Canada et 28 tonnes vers la Chine.

L’un des plus grands défis pour l’industrie en 2020 a été la forte augmentation des taxes à l’exportation due au coronavirus, avec un fort passage au fret maritime. Le Conseil de l’industrie du kaki de Nouvelle-Zélande indique que la qualité est restée élevée tout au long de la saison, bien que les conditions météorologiques aient entraîné une légère diminution des calibres.

Source: Freshplaza

Regardez aussi

Légumineuses: conseils en préparation du sol et implantation

Légumineuses: conseils en préparation du sol et implantation Lentilles, fève et pois chiche sont les …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *