Accueil / Actualités / Actu internationales / L’Espagne impactée par les importations d’agrumes étrangères
Souss-Massa-71-MDH-de-prime-à-l-exportation-au-profit-des-agrumiculteurs

L’Espagne impactée par les importations d’agrumes étrangères

Espagne: Les importations d’agrumes étrangères font perdre à la production de Valence la moitié de sa valeur.

L’importation d’agrumes étrangers dans la région de Valence continue d’être un problème pour les producteurs locaux, d’autant plus que les agrumes égyptiens sont arrivés à l’improviste lors de la dernière campagne.

Cela a été rapporté par le secrétaire général de La Unió de Llauradors à Castellon, Ramón Mampel, qui a assuré que l’arrivée des agrumes égyptiens dans la deuxième partie de la campagne dans la région a fait couler les prix de leurs produits.

L’Égypte a donc aggravé le problème déjà causé par les exportations d’agrumes d’Afrique du Sud, qui ont également mis en garde les producteurs de Valence et de Castellon.

Les variétés les plus touchés en termes de prix par l’entrée de produits en provenance d’Egypte étaient les variétés tardives d’agrumes, telles que les oranges Navelate ou Valencia Late, qui ont subi de fortes baisses de prix allant jusqu’à 50%, d’après Mampel.

Selon M. Mampel, «toutes les importations d’agrumes comportent des risques en ce qui concerne la présence éventuelle de parasites et de bactéries. Par exemple, en Afrique du Sud, le problème des points noirs est énorme, alors qu’au Brésil et aux États-Unis, le verdissement a un impact plus important. Si cela n’est pas maîtrisé, les conséquences peuvent être désastreuses pour tout le monde ».

En résumé, M. Mampel a déploré que “la rentabilité de la variété d’agrumes la plus populaire de Castellon, la Clemenules, ait fortement diminué. Nous avons donné les Clemenules au monde entier. Maintenant, il est déjà produit dans d’autres pays et beaucoup d’agrumes viennent du Maroc, de l’Egypte ou de la Turquie, ce qui pèse sur les producteurs d’ici “.

Le chef de l’organisation agricole professionnelle de Castellon a déclaré que, par conséquent, “de nombreux producteurs de la province ont déjà détruit leurs plantations de Clemenule”.

Bien qu’il n’y ait pas de données officielles sur le nombre d’hectares détruits, Mampel a déclaré que “des producteurs ont abandonné la production de Clemenules et ont détruit leurs plantations, car ils pensent que c’est un produit qui n’est plus rentable”.

Par conséquent, “ces mêmes producteurs parient sur la production de variétés d’agrumes perçues comme plus rentables, telles que les Orri, Nadorcott ou Tango, entre autres.” Le problème est que l’ensemble de la question est toujours à l’étude, car il est nécessaire de savoir comment produire le fruit ou quelles niches de marché pourraient absorber ces variétés plus rentables », annonce Mampel, qui a également souligné que « les producteurs doivent investir s’ils veulent produire ces variétés; ils doivent payer des redevances, soit effectuer un paiement au propriétaire des droits d’auteur, des brevets ou des marques en échange du droit d’utiliser ou d’exploiter les produits protégés par ceux-ci.

Regardez aussi

Fruits : Le Maroc dans le top 30 des principaux pays producteurs

Fruits : Le Maroc dans le top 30 des principaux pays producteurs

Le Maroc est parmi les principaux pays producteurs de fruits primaires. Depuis 2014, la production …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *