Accueil / Technique / Les araignées, une arme contre les pucerons des pommiers
Le secteur des pommes : une filière en recherche d'investisseurs

Les araignées, une arme contre les pucerons des pommiers

Les araignées seraient-elles une solution de lutte contre les pucerons des pommiers ?

Pommiers – Les oeufs de pucerons, déposés en automne sur les pommiers, éclosent généralement vers fin mars. Afin d’empêcher des colonies de se développer rapidement. Il convient donc d’éliminer tôt les pucerons qu’on appelle aussi “fondatrices”. Les fondatrices ne cessent de se reproduire. Il semblerait que les araignées pourraient remplir ce rôle et contribuer à éradiquer les invasions de pucerons. Les coccinelles étaient également une alternative. Mais actuellement en termes de pommier ce serait les araignées qui auraient le plus la cote. En effet, les araignées sont présentes de façon naturelle dans les arbres. Certaines arthropodes ont la faculté de sortir très tôt de leur hibernation. Elles sembleraient être donc en mesure d’assurer une prédation précoce des pucerons et d’endiguer la croissance exponentielle des colonies. Focus. 

Les fondatrices

C’est au printemps que la lutte contre les pucerons est essentielle. En effet, c’est à cette époque de l’année que les oeufs pondus par les femelles (après fécondation par un mâle et abandonnés sur l’arbre au mois d’octobre) s’apprêtent à éclore. Ils donnent alors naissance à des femelles, appelées les fondatrices, qui engendrent elles aussi de nouveaux pucerons. Cependant, cette reproduction est asexuée et se déroule par parthénogénèse (soit sans intervention d’un mâle). Les pucerons qui naissent sont donc tous des femelles (clones de leur mère). Elles féconderont également une grande quantité de larves, etc… .Très rapidement des colonies de plusieurs centaines de pucerons s’établissent et il est de plus en plus difficile de les éliminer. Il est donc important de limiter la pullulation des pucerons à sa source (de préférence) dès la première semaine après l’éclosion des oeufs en empêchant les fondatrices de délivrer encore et encore des ravageurs.

Des araignées pour la lutte

Afin que la lutte soit efficace, il est donc conseillé que les araignées sortent de leur hibernation avant l’éclosion des oeufs de pucerons afin de se jeter sur leur proie le plus rapidement possible. En effet, le regain d’activité de l’araignée (et du puceron) dépend du même paramètre: La température. Les pucerons sortent de leurs coquilles dès que le thermomètre affiche entre 4,5 et 5,9°C. Soit une température déjà fraîche à laquelle peu de prédateurs naturels daignent sortir le bout de leurs nez. Deux espèces d’araignées sont connues pour apprécier la fraîcheur des matins post-hivernaux et la saveur des pucerons en bouche.

Si cette recherche aboutit, elle pourrait permettre de diminuer l’usage de produits phytosanitaires sur les pommiers. Des études sont menées afin de favoriser la survie de ces espèces d’araignées mangeuses de pucerons.

À suivre …

Regardez aussi

Aperçu du marché mondial des raisins de table

Aperçu du marché mondial des raisins de table

La demande sur le marché des raisons est un peu faible pour l’instant. Les saisons …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *