Accueil / Actualités / Cultures / Les agrumes, marchés, pertes d’emplois et manque de visibilité
image_not_found

Les agrumes, marchés, pertes d’emplois et manque de visibilité

Et si la campagne agricole 2014-2015 annonçait le retour de l’Europe au premier plan pour les agrumes marocaines? C’est en tout cas l’avis de plusieurs experts, qui voient dans cette campagne agricole pour les agrumes, 2014 – 2015, le début de la reconquête du marché européen. 

La reconquête du marché européen est de nouveau en marche

Pourquoi parler de reconquête ?

Une reconquête car jusqu’à présent les volumes exportés vers la Russie, soit près de 60 %, rendaient le marché dépendant de Moscou. Les nouveaux chiffres indiquent que cette part est réduite à 40% cette année. Autant dire que les “historiques” européens et nord-américains ont renforcés leur positionnement notamment en raison de la baisse des exportations espagnoles d’environ 10%.

Une campagne agricole record et pourtant 85.000 emplois perdus ?

Au pays, le monde rural a perdu cette année 85.000 emplois selon l’Economiste, alors que le royaume a réalisé une campagne agricole record. Contraste. Un constat qui n’est pas hasardeux, en effet, les produits marocains sont moins présents sur leurs marchés extérieurs et la chaîne de valeur recourt de moins en moins à de la main-d’œuvre.

Ce déséquilibre dangereux, s’explique notamment par une concentration sur les variétés précoces, et de facto une réduction de moitié de la durée de la campagne d’exportation à savoir, trois mois actuellement, contre six il y a cinq ans. Forcément impactant.

Manque de visibilité réelle pour les agrumiculteurs

Par ailleurs, les producteurs d’agrumes marocains précisent qu’ils n’ont aucune visibilité. Pour la seconde année consécutive, le ministère de l’agriculture ne rend pas publiques les prévisions de récolte, il se contente d’annoncer 2 millions de tonnes de production attendues, mais sans apporter de détails de répartitions, tant sur les groupes de produits que pour les régions qui produisent.

De ce fait, le chiffre annoncé laisse dubitatif de nombreux professionnels qui ont émis des réserves et ne peuvent que supputer quant au volume à l’export qui lui n’est pas discuté. Ce dernier oscillerait entre 500 000 et 520 000 tonnes.

L’explication vient de la période de formation des fruits soit entre juin et juillet, qui ont subies des baisses de floraisons, surtout dans la région du Souss-Massa notamment en raison de la canicule, ce qui a engendré une production réduite de moitié dont 70 % a été exportée.

Regardez aussi

Maroc agriculteurs attente des prochaines pluies

Maroc : les agriculteurs dans l’attente des prochaines pluies

Les agriculteurs attendent avec impatience les prochaines pluies. Une bonne nouvelle pour les agriculteurs. En …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *