Accueil / Actualités / Actu internationales / L’intelligence artificielle aide les producteurs de bananes à lutter contre les maladies et ravageurs
image_not_found

L’intelligence artificielle aide les producteurs de bananes à lutter contre les maladies et ravageurs

L’intelligence artificielle aide les producteurs de bananes à protéger l’un des fruits les plus consommés au monde.

Les outils faisant appel à l’intelligence artificielle deviennent de plus en plus accessibles, y compris pour les habitants des coins les plus reculés du monde. C’est une bonne nouvelle pour les petits exploitants agricoles, qui peuvent utiliser les technologies de poche pour gérer leurs exploitations plus efficacement, en les reliant aux marchés, aux vulgarisateurs, aux images satellites et aux données climatiques.

La technologie devient également une première ligne de défense contre les maladies des cultures et les parasites susceptibles de détruire les récoltes. Un nouvel outil smartphone développé pour les producteurs de bananes analyse les plantes à la recherche de cinq maladies principales et d’un organisme nuisible commun, rapporte sciencedaily.com.

Lors d’essais menés en Colombie, en République démocratique du Congo, en Inde, au Bénin, en Chine et en Ouganda, l’outil a permis d’obtenir un taux de détection de 90%. Selon les chercheurs qui ont développé la technologie, ces travaux constituent un pas en avant dans la création d’un réseau mondial connecté, alimenté par satellite, permettant de contrôler les épidémies et les ravageurs.

Les résultats ont été publiés récemment dans la revue Plant Methods. “Les agriculteurs du monde entier ont du mal à défendre leurs cultures contre les parasites et les maladies”, a déclaré Michael Selvaraj, l’auteur principal, qui a développé l’outil avec des collègues de Bioversity International In Africa. “Il existe très peu de données sur les ravageurs et les maladies de bananiers dans les pays en développement, et un outil d’IA tel que celui-ci offre une opportunité d’améliorer la surveillance des cultures, d’accélérer les efforts de lutte et d’atténuation, et d’aider les agriculteurs à prévenir les pertes de production”, déclare le scientifique. Parmi les co-auteurs des chercheurs de l’Institut indien d’agriculture et de technologie Imayam (IIAT) et de la Texas A & M University.

Aliment de base pour de nombreuses familles, la banane constitue une source essentielle de nutrition et de revenus. Cependant, les ravageurs et les maladies – Xanthomanas, fusariose, strie noire (ou sigatoka noire), pour ne nommer que quelques-unes – menacent énormément le fruit. Et quand une épidémie frappe, les effets sur les moyens de subsistance des petits exploitants peuvent être néfastes. Dans les rares cas où les pertes causées par le champignon Fusarium Tropical de race 4 ont été estimées, elles ont été chiffrées à 121 millions USD en Indonésie, à 253,3 millions USD au Taiwan et à 14,1 millions USD en Malaisie (Aquino, Bandoles et Lim, 2013).

En Afrique, où le champignon a été signalé pour la première fois en 2013 dans une plantation au nord du Mozambique, le nombre de plantes symptomatiques est passé à plus de 570 000 en septembre 2015.

L’outil en question est intégré à une application appelée Tumaini – ce qui signifie “espoir” en swahili – et est conçu pour aider les petits producteurs de banane à détecter rapidement une maladie ou un ravageur et à empêcher la propagation d’une épidémie de grande ampleur.

L’application vise à relier les agriculteurs aux agents de vulgarisation pour enrayer rapidement l’épidémie.Elle peut également soumettre les données à un système mondial pour une surveillance et un contrôle à grande échelle. L’objectif de l’application est de soutenir les producteurs de bananes ayant besoin de lutter contre les maladies des cultures.

“Les taux de précision élevés obtenus lors du test de la version bêta de l’application montrent que Tumaini a ce qu’il faut pour devenir un outil très utile de détection précoce des maladies et des ravageurs”, a déclaré Guy Blomme, de Bioversity International. “Son potentiel d’intégration éventuelle dans une application mobile entièrement automatisée intégrant l’imagerie par drones et par satellite permettra aux millions de producteurs de bananes des pays à faible revenu d’avoir un accès juste-à-temps aux informations sur les maladies des cultures.”

Le développement de la technologie de reconnaissance d’images a rendu le développement de l’application Tumaini possible. Pour son élaboration, les chercheurs ont téléchargé 20.000 images illustrant divers symptômes visibles des maladies du bananier et de l’organisme nuisible. Ainsi, l’application scanne des photos de parties du fruit, du bouquet ou de la plante pour déterminer la nature de la maladie ou du ravageur. Elle fournit ensuite les étapes nécessaires pour traiter la maladie spécifique. En outre, l’application enregistre également les données, y compris l’emplacement géographique, et les transfère vers une base de données plus grande.

Regardez aussi

Corse : les saisonniers marocains sauvent la récolte de clémentines

Corse : les saisonniers marocains sauvent la récolte de clémentines

Les saisonniers marocains sauvent la récolte de clémentines de la Corse. L’arrivée des saisonniers marocains …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *