Forum Commentaires: اناعبدواعوني'من'الراشدية'مكاين.لااعانة'لاوالوا'عندي'الارض'درت'البيرولاغراس..صاوبت.الملفات.باكمالها.والرخص.منذ12السنة..سير..اجي..من.ارفود..الى.الراشدية..ولاحيات.لمن.تنادي..بجهتناوالله'الرحيم.. -- Bonjour, Nous sommes un média en français et en arabe. Vous trouverez le même contenu en langue française ici :… -- En français ce serait mieux #!! -- الله ارحمو ويغفر ليه ولوالدينا ولنا ولجميع المسلمين انا لله وانا اليه راجعون الله يرزقكم الصبر -- Je recherche à Montréal, Québec, les huiles d'Olives du Maroc, extra vierge, certifiée, avec identification du producteurs et preuve du… -- - Forum: -- Bonjour Aimerais bien me renseigner sur le courage des puits J’ai un terrain de trois hectare… -- Bonjour, Merci et bravo pour le concepteur de ce site. J’envisage de planter 22 hectares d… -- Salam à tous : Nous sommes une société d’édition et d’intégration de logiciel de gestion d… -- Salam, Je suis un MRE qui veut s’installer au Maroc prochainement. Après le Corona j’e… -- Cher Messieurs, Je m’appelle Miriam et je travaille dans le département commercial de la sociét… -- Bonjour, Nous préparons pour bientôt notre retour au Maroc. Quelle est la fourchette habituelle p… -- Si vous etes interessés par l’export, nous vous proposons de nous rejoindre: plus de 200 com…
Accueil / Actualités / Actu Maroc / Les éleveurs marocains fâchés à cause de la hausse des prix des aliments composés
Les éleveurs marocains fâchés à cause de la hausse des prix des aliments composés
Les éleveurs marocains fâchés à cause de la hausse des prix des aliments composés

Les éleveurs marocains fâchés à cause de la hausse des prix des aliments composés

Les éleveurs marocains fâchés à cause de la hausse des prix des aliments composés

Les éleveurs de bétails du Maroc expriment leur mécontentement depuis quelques semaines déjà, et pour cause : les prix des céréales et légumineuses nécessaires pour l’alimentation du bétail connaissent une hausse vertigineuse imputé à la sécheresse, alors que le prix au kilogramme des bovins subit une baisse record.

Rien ne va plus du côté des actifs du monde rural. La sécheresse qui perdure cause des pertes considérables aux agriculteurs; mais surtout aux éleveurs qui sont dans l’obligation de vendre à perte au grand bonheur des intermédiaires et des bouchers.

Amine, un éleveur de la province de Berrechid et plus précisément du village de Sahel Oulad Hriz, a déclaré que “si l’éleveur passe par une période critique, c’est tout d’abord dû à la sécheresse”. “L’éleveur se débrouille quasiment seul, puisqu’il ne touche pas de subventions de la part du ministère de tutelle, ni pour l’alimentation et encore moins pour les médicaments” soutient-il. Quant aux prix de l’alimentation du bétail, l’éleveur assure qu’il est en constante hausse.

“Le bétail se nourrit essentiellement d’orge, de foin, d’avoine, de farine et de son”. Et d’ajouter que ces céréales se négocient à des prix exorbitant, au vu des quantités engloutis par le cheptel. En effet, le prix des céréales sont passé du simple au double, voir plus. “Le foin se négocié à 13 dh le ballot, aujourd’hui, on le touche à 25 dh l’unité. L’orge qui n’a jamais dépassé 2 dh le kilogramme coûte aujourd’hui  4 dh. Le prix de l’avoine avoisinait 1.50 dh le Kg, désormais il dépasse la barre des 3.50 dh, mardi, ce céréale a atteint la barre des 4 dh”, confie l’éleveur.

Le son et la farine, autres céréales essentielles à l’alimentation du bétail ne sont pas en reste:ils connaissent aussi une hausse vertigineuse. «Le son se négocie à 1.20 dh le Kg, aujourd’hui, il est à 2.60 dh. Idem pour la farine, qui était à 2 dh, elle se vend entre 3 et 4 dh. Jamais de tel prix n’ont été pratiqué».

Cette situation oblige les éleveurs de vendre à perte. Dans les marchés hebdomadaires, le veau se vend désormais au Kg. «L’agriculteur passe par une période très délicat, au point de vendre à perte. Les intermédiaires et les bouchers se frottent les mains. Depuis la fête du sacrifice, ils font d’excellentes affaires», indique-t-il.

«Nous sommes réduit à vendre nos bovins entre 35 et 40 dh le Kg. C’est du jamais vu. Nous perdons en moyenne entre 5000 et 7000 dh par tête, c’est une perte considérable, très difficile à rattraper», désapprouve-t-il.

Quant aux aides et subventions de l’État, l’éleveur a exprimé le souhait de recevoir un coup de pouce; le temps que la sécheresse prenne fin. Tout le monde s’accorde à dire que cette campagne agricole n’a pas été bonne pour tout le monde. Les éleveurs ont subies et subissent encore des pertes considérables.

«Dans l’attente d’une réaction de la part du ministère de l’Agriculture qui se fait attendre, nous continuerons à assumer nos pertes qui commencent à devenir colossales» conclut-il.

Avec Al bayane

Regardez aussi

hydroponie_agronome_algerie

En Algérie, un ingénieur agronome utilise l’hydroponie dans le désert

En Algérie, un ingénieur agronome utilise l’hydroponie dans le désert. Voile une initiative inspirante. Un …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *