Accueil / Actualités / Actu Maroc / Déficit pluviométrique : Déploiement de mesures d’urgence pour sauver la campagne agricole
Selon El Otmani, le Maroc est de moins en moins dépendant de la pluviométrie
Selon El Otmani, le Maroc est de moins en moins dépendant de la pluviométrie

Déficit pluviométrique : Déploiement de mesures d’urgence pour sauver la campagne agricole

Déficit pluviométrique : Le déploiement des mesures d’urgence pour sauver la campagne agricole en place 

L’Oriental n’échappe pas au déficit pluviométrique dont est victime la plupart des régions marocaines. En effet, la saison agricole 2019-2020 y a démarré avec un cumul moyen d’environ 160 mm. Ce dernier s’explique par la mauvaise répartition des précipitations dans cette zone.

Avec une absence totale des pluies au mois de décembre et début janvier, ces 160 mm ont été atteints au cours des mois d’octobre et novembre 2019.

Dans le bassin de Moulouya, les réserves d’eau affichent une baisse remarquable. En effet, elles ont atteint 301 millions de m3 à la mi-janvier 2020, contre 554 millions de m3 à la même date de la dernière saison, selon les données de la Direction régionale. En plus de cela, le taux de remplissage des barrages ne dépasse pas 41%, contre 75% une année auparavant. Dans les périmètres irrigués, la baisse des réserves d’eau a eu un impact direct sur la baisse de la superficie programmée de betteraves sucrières.  Celle-ci est d’environ 4.000 hectares, contre 7.400 hectares la saison dernière. En conséquence, la Direction régionale de l’agriculture a mis en place son plan d’urgence. Ce dernier se donne pour objectif de lutter contre les conditions difficiles des ressources en eau et le déficit pluviométrique.

Les enjeux du plan de la Direction Régionale de l’Agriculture

La plan prévoit le transfert d’environ 51.200 hectares au système d’irrigation goutte à goutte, avec une couverture financière totale d’environ 2,8 milliards de DH. Au 25 décembre, la superficie irriguée avec le système d’irrigation localisée a atteint plus de 33.000 hectares. D’autre part, et dans le cadre du programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027, il est prévu d’équiper 31.000 hectares supplémentaires avec un système d’irrigation goutte à goutte au niveau de l’Oriental, avec des investissements financiers estimés à 1,37 milliard de DH.

En soutien au secteur de l’élevage, la Direction régionale de l’agriculture a distribué plus de 114.400 quintaux d’orge subventionnée au 5 janvier. 33.000 quintaux supplémentaires sont en cours de distribution. Les appels d’offres ont été lancés pour la distribution d’environ 200.000 quintaux, pour une enveloppe de 12 millions de DH.

Par ailleurs, la distribution de semences et engrais sélectionnés a permis de pallier les problèmes. En effet, les agriculteurs ont vendu 60.400 quintaux de céréales (26.700 de blé tendre, 13.300 de blé dur et 20.400 d’orge) et environ 1.500 quintaux d’engrais. Les bonnes conditions climatiques du début de la saison ont permis de dépasser la superficie programmée en céréales, pour atteindre 255.000 hectares jusqu’à la mi-janvier 2020, selon les données de la Direction régionale. Pour sa part, la superficie totale réservée au pâturage a dépassé l’objectif de 314%, pour atteindre 13.300 hectares.

 

Regardez aussi

Le Maroc parmi les pays qui conservent les graines en Norvège en cas de catastrophe

Le Maroc parmi les pays qui conservent leurs graines en Norvège en cas de catastrophe

La Réserve mondiale de semences du Svalbard en Norvège abrite plus d’un million de graines …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *