Accueil / Actualités / Actu Maroc / Cultures d’automne et d’hiver: Les prévisions ne sont pas bonnes
Cultures d'automne et d'hiver: Les prévisions ne sont pas bonnes
Cultures d'automne et d'hiver: Les prévisions ne sont pas bonnes

Cultures d’automne et d’hiver: Les prévisions ne sont pas bonnes

Les cultures d’automne et d’hiver du Maroc seraient ruinées.

Le coronavirus a fini par masquer les effets de la sécheresse que connait le Maroc cette année. Les dernières précipitations bien que faibles peuvent être salvatrices pour quelques cultures de printemps et pour alimenter les barrages et la nappe phréatique.

Les pluies enregistrées durant la semaine dernière restent de faibles quantités pour pouvoir sauver les cultures d’automne et celles d’hiver qui affichent un taux de sinistralité très élevé. Une grande partie des superficies cultivées notamment les céréales, les légumineuses et les oléagineuses qui occupent le gros lot de ces dernières sont aujourd’hui sinistrées. Les prochaines pluies selon la météo ne pourront sauver celles-ci. Le constat fait état d’un dessèchement des différentes plantes et de pâturage d’une bonne partie des champs.

Les bienfaits de dernières précipitations restent limités à l’alimentation des niveaux des barrages qui se trouvent actuellement à niveau très bas soit 40%. Ils s’arrêtent aussi à l’irrigation des cultures de printemps notamment le maïs et le tournesol. Aussi l’arrivée des pluies durant les prochains jours devrait faciliter le démarrage de la prochaine campagne agricole; et permettre l’irrigation des cultures d’été.

Néanmoins, les prévisions des professionnels tablent sur une perte de 90% des cultures d’automne et d’hiver. Ainsi, ces dernières pluies pourraient seulement en sauver 10%.

Le constat annonce par ailleurs que la sécheresse au Maroc est devenue structurelle d’où la nécessité de la prendre en considération et de prendre les mesures qui s’imposent pour s’adapter aux changements climatiques. Selon Al Bayane, l’idéal serait de donner la priorité à la recherche agronomique. Ceci permettrait d’adapter les variétés des cultures aux nouvelles conditions climatiques pour minimiser les pertes.

 

Regardez aussi

ANDZOA-alloue-48,3-MDH-pour-arganiers-et-les-plantes-aromatiques-médicinales

L’ANDZOA alloue 48,3 MDH pour l’arganier et les plantes aromatiques et médicinales

Le projet Dared consiste en la plantation de l’arganier sur les terrains privés et concerne …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *