Accueil / Actualités / Actu internationales / La culture de légumes dans l’eau salée, une solution pour la sécurité alimentaire ?
légumes eau salée sécurité alimentaire
La culture de légumes dans l'eau salée, une solution pour la sécurité alimentaire ?

La culture de légumes dans l’eau salée, une solution pour la sécurité alimentaire ?

La culture de légumes dans l’eau salée pourrait remédier à la situation alimentaire mondiale.

Les experts estiment que la production alimentaire doit augmenter de 70% au cours des 30 prochaines années pour nourrir une population mondiale croissante. Cependant, l’agriculture traditionnelle fait face à une raréfaction croissante de l’eau en raison du changement climatique.

L’eau douce ne représente que 2 pour cent de toute l’eau de la planète et dans de nombreuses régions, l’eau est gravement rare ou fortement contaminée.

Même les régions réputées pour leur temps humide sont confrontées à des sécheresses en raison de faibles précipitations et d’une utilisation accrue de l’eau. En mai, le Royaume-Uni par exemple, n’a enregistré que la moitié des précipitations moyennes auxquelles il s’attend habituellement.

C’est pourquoi une ferme de la côte ouest de l’Écosse utilise plutôt l’océan Atlantique pour cultiver des légumes. La ferme utilise de l’eau salée plutôt que fraîche pour cultiver des aliments.

Lire aussi : Mobilisation d’1 million d’hectares de terres agricoles collectives au Maroc

«Nous prenons ces terres, qu’il s’agisse de terres agricoles dégradées ou de terres touchées par les inondations, et nous construisons ensuite un écosystème de marais salé artificiel dans lequel nous pouvons extraire de la nourriture en même temps», explique la ferme à Euronews Living.

Ces cultures, appelées halophytes, prospèrent dans les eaux à fort pourcentage de sel comme les semi-déserts et les bords de mer. Les halophytes peuvent se consommer ou servir comme matière première pour les cosmétiques, les biocarburants et le fourrage des animaux marins. Les marais salants où ils poussent protègent la côte des inondations et de l’érosion et absorbent 30 fois plus de carbone que les forêts tropicales.

Regardez aussi

Danemark : la menthe fraîche à l'origine d'une épidémie de Shigellose

Danemark : la menthe fraîche à l’origine d’une épidémie de Shigellose

La menthe fraîche serait à l’origine, au Danemark, d’une épidémie de Shigellose. Au Danemark, la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *