Accueil / Actualités / Actu Maroc / Casablanca-Settat: 500 millions de dirhams pour la construction de barrages
Casablanca-Settat: 500 millions de dirhams pour la construction de barrages
Casablanca-Settat: 500 millions de dirhams pour la construction de barrages

Casablanca-Settat: 500 millions de dirhams pour la construction de barrages

Casablanca-Settat disposera d’un grand et 20 petits barrages pour la gestion de l’eau et l’irrigation

Le programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation trace son bout de chemin. En effet, Casablanca-Settat disposera d’un grand et de 20 petits barrages.

Le futur grand barrage sera érigé à l’aval de celui d’Al Massira (surélévation Imfout ou nouveau barrage). Il devra avoir une capacité de 60 millions de m3 et pour un coût global de 500 millions de DH. En plus de cela, le wali de la région, gouverneur de Casablanca, Saïd Ahmidouch que 20 petits barrages verront le jour. Ainsi, il y aura 14 barrages à Settat, 4 à El Jadida, 1 à Benslimane et enfin 1 barrage à Berrechid.

Lire aussi: Le savoir-faire des experts marocains au profit des agriculteurs tchadiens

Un budget de 4 milliards de DH permettra aussi de concrétiser le projet de dessalement d’eau de mer. Ce dernier se fera via la programmation d’une station pour le Grand Casablanca avec un débit de 200.000 m3/jour. A cela s’ajouteront de nombreux projets structuration qui mobiliseront un investissement de 1,69 milliard de dh. Ils portent sur le développement de la production des stations de traitement et des adductions, ainsi que la sécurisation des réseaux de transport et de distribution d’eau au niveau des villes et centres relevant de la région. L’ONEE, la Lydec et les Régies autonomes de distribution d’El Jadida et Settat (RADEEJ et RADEEC) réaliseront principalement ces projets.

Regardez aussi

Souss-Massa-Sensibilisation-de-plus-de-6000-agriculteurs-au-Covid-19

Le Portugal recherche une main d’œuvre marocaine pour l’agriculture

Le Portugal envisagerait de faire venir des travailleurs marocains pour le secteur de l’agriculture. Après …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *