Accueil / Actualités / Actu Maroc / Akhannouch démonte les préjugés sur la consommation en eau dans l’agriculture
Akhannouch démonte les préjugés sur la consommation en eau dans l'agriculture
Akhannouch démonte les préjugés sur la consommation en eau dans l'agriculture

Akhannouch démonte les préjugés sur la consommation en eau dans l’agriculture

L’orientation vers les céréales fera perdre à l’agriculture marocaine une valeur ajoutée de 20 MMDH par an.

Le ministre de l’Agriculture, Aziz Akhannouch a déconstruit le préjugé selon lequel la culture de la pastèque consomme plus d’eau que les céréales. Selon lui, 1 kg d’orge consomme 12 fois plus que ce fruit. Preuve à l’appui, il a rappelé qu’un hectare produit 50 tonnes de pastèque contre seulement 30 quintaux d’orge. Une occasion pour le ministre de revenir sur la revendication de certains députés relative à l’autosuffisance en matière céréalière.

Pour Aziz Akhannouch, l’autosuffisance en céréales nécessite d’augmenter de 900.000 ha supplémentaires en terres irriguées en plus des 300.000 ha actuellement. Or, les ressources en eau consacrées à l’agriculture ne dépassent pas 40% des besoins réels à cause des déficits en matière de pluviométrie.

Les agriculteurs, qui cultivent les agrumes, l’avocat ou les tomates, ne peuvent pas les remplacer par les céréales, indique le ministre. En effet, le rendement à l’hectare des céréales est de 12.000 DH alors qu’il s’élève à 34.000 DH pour les autres produits agricoles. Le ministre rappelle à qui veut l’entendre que l’orientation vers les céréales fera perdre à l’agriculture marocaine une valeur ajoutée de 20 milliards de DH par an. Surtout que sa politique vise à améliorer le niveau du secteur agricole; d’autant plus que le Maroc peut acheter les céréales sur le marché mondial.

D’ailleurs, le stock de sécurité de ces produits a augmenté pour atteindre 4 mois. En outre, les céréales emploient moins de main- d’œuvre que les autres secteurs, ajoute-t-il, avant de s’interroger sur l’objectif: améliorer la rentabilité et le niveau de vie des agriculteurs marocains ou bien les garder dans la pauvreté? Aziz Akhannouch n’a pas oublié de faire de la politique avec ce constat: «la plupart de ceux qui parlent aujourd’hui des céréales cultivent en fait les olives. Ce n’est pas sérieux!» s’est-il exclamé.

Regardez aussi

Le-Maroc-mise-sur-le-digital-pour-promouvoir-son-huile-d-olive-en-Amérique

Le Maroc mise sur le digital pour promouvoir son huile d’olive en Amérique

Cette campagne de communication digitale vise à augmenter la visibilité de l’huile d’olive marocaine. MOROCCO …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *