Accueil / Actualités / Actu internationales / Agrumes: le bilan mondial

Agrumes: le bilan mondial

Résumé du marché global des agrumes.

marta-benedito-sebti-2Agrumes – La campagne agrumicole a débuté dans le bassin méditerranéen. Les phénomènes météorologiques extrêmes sont entrain de provoquer des situations difficiles dans divers pays producteurs.

En Egypte par exemple, le volume est légèrement inférieur. En Sicile, la production sera moindre par rapport au volume espéré.

À certains moments de la campagne, les pays producteurs ont dû faire face à la sécheresse, et à d’autres moments ont été marqués par des précipitations abondantes.

En Espagne, après un bon début de saison, les prix ont connu une baisse rapide. Ceci a porté préjudice aux marchés du nord de l’Europe, avec un été indien chaud qui a provoqué une baisse de la demande. L’Amérique Latine se prépare pour la saison prochaine, et même s’il est difficile de faire des estimations, les producteurs ont des belles expectatives.

Israël revient

Depuis une trentaine d’années, le marché des agrumes a connu des changements importants, depuis le succès de la marque Jaffa. Les oranges israéliennes étaient réputées pour leur qualité. Alors que certains pays exportateurs augmentaient leur production, les exportateurs israéliens n’arrivaient plus à être compétitifs au niveau des prix. Le bilan du marché des agrumes dans le Monde

Aujourd’hui, les exportations constituent une niche pour les exportateurs. Cependant, certaines indications montrent que le marché à l’export connaîtra une croissance ces prochaines années. Ces dernières décennies, une grande partie des oranges israéliennes ont été écoulées sur le marché intérieur et les producteurs se sont orientés vers d’autres produits.

Dans les années 70, la superficie des agrumes était d’environ 42.000 hectares; Actuellement, ce chiffre est de 17.500 hectares. Les variétés les plus cultivées sont: La Valencia, Shamouti et Tabouri. Cette dernière, est la seule destinée à l’export.

Cette année, les exportations ont connu un second souffle. Après plusieurs campagnes avec des volumes export d’environ 60 tonnes, les envois à l’étranger atteindront cette année environ 200 T! Cette augmentation, est en partie due à l’ouverture des marché en Extrême Orient.

L’Egypte exporte ses gros calibres en Scandinavie

La campagne d’agrumes en provenance d’Égypte a démarrée le 1er décembre. Le Gouvernement avait fixé cette date afin que les fruits aient la coloration adéquate. Dans le cas des oranges, on s’attend à un volume légèrement inférieur à cause des conditions météorologiques. Les calibres sont grands et sont demandés par le marché scandinave. C’est vers ce marché que les exportateurs égyptiens souhaitent asseoir leur positionnement.

Les exportateurs égyptiens espèrent ainsi attirer la plus grande partie de la demande lors des fêtes de Noël. L’Europe de l’Est représente également un bon marché. Les oranges arrivent en Pologne ou en République Tchèque en six jours seulement. De plus, l’Extrême Orient est attractif pour les exportateurs. L’Inde, l’Indonésie et Singapour sont des destinations pour des calibres plus petits.

Une campagne modérément positive en Espagne…

La campagne a commencé avec les Navelina en Octobre. En Espagne, on se souviendra de cette campagne comme l’une des plus précoces. Les exportateurs espagnols ont su profiter de la situation étant donné les prix élevés pratiqués sur les dernières oranges en provenance de l’hémisphère sud. Les trois premières semaines ont été satisfaisantes tant au niveau des volumes que des prix. Le climat, aussi bien en Espagne que dans les pays d’exportation, a eu des conséquences. Le niveau Brix est élevé, ce qui est positif pour la commercialisation.

Mais le point négatif est la chute des prix avant même le pic de la campagne. La semaine d’avant avait été marquée par des précipitations dans les principales régions de culture, surtout dans la région de Valence. Ces précipitations ont eu comme conséquences le retard de la récolte.

Italie: Des perspectives de changement en Sicile

La commercialisation des agrumes a été compliqué, à cause des prix considérés comme trop peu rémunérateurs. A Bologne, cependant, les prix ont été supérieurs de 0,50 à 1 euro/kilo, selon le calibre. Même si les informations confirment que les prix à la production ont été meilleurs que la saison dernière, la demande d’agrumes made in Italy a une tendance à la baisse. En plus de la production nationale, on assiste à des importations en provenance de l’Espagne, soit 20 centimes de moins que les fruits italiens.

Les gros calibres sont vendus entre 70 et 80 centimes/kilo. L’impression générale est qu’il y a une meilleure disponibilité de Navel de Calabre et Sicile. Le reste des variétés se retrouve dans la même situation. Un commerçant a confié qu’il estime que le volume de cette année devrait être jusqu’à 30% inférieur en comparaison avec celui de l’année dernière. Une année qui avait déjà été marqué par une baisse de l’offre.

En Sicile, la récolte de Tarocco semble être bonne malgré la baisse de 30% du volume. On s’attend à une production plus importante au niveau des calibres moyens-petits, suite au manque de pluie et l’effet du siroco. Aussi, on s’attend à une campagne plus courte qui se terminera au mois d’avril. Les Navelina précoces ont atteint la maturité précocement, ce qui explique le fait que le début de la saison ait commencé début novembre. Même si le volume est inférieur à celui espéré, le marché dispose aussi de plus gros calibres. Cependant dans d’autres régions, la quantité de pluie a été normale après une période de sécheresse. La baisse des températures a été positive pour la coloration des oranges sanguines. Les producteurs de Ribera ont dû faire face à des fortes précipitations. La récolte a souffert. Le total des dégâts n’est pas grave, mais pour certains producteurs il a été énorme et certains ont perdu la totalité de leur récolte. La pluie a aussi provoqué des dégâts dans certaines routes, ce qui a compliqué le transport.

bilan-agrumes-monde

La Belgique prévoit que les calibres soient petits

Il semblerait que la campagne espagnole d’agrumes n’ait pas été facile jusqu’à maintenant ? Au début, elle a du faire face au une vague de chaleur d’où le profil de calibre petits avec peu de coloration. Selon les importateurs d’agrumes, la situation n’est pas facile. Au début, tout le monde montrait ses bonnes perspectives. Les prix étaient très élevés. Actuellement, ils varient beaucoup, entre 8,5 et 12 euros. Avec la saison de l’Afrique du Sud, les prix ont eu une tendance à la baisse, mais étaient plus stables. On a pu également remarqué de grandes différences au niveau de la qualité. Certains ont même peur du reste de la saison étant donné les mauvaises conditions climatiques enregistrées en Espagne, avec les fortes pluies. Les calibres sont décevants. Les oranges ont été petites depuis le début de la saison, et on s’attend à ce que cette situation perdure.

Pays Bas: Marché compliqué pour les oranges, sauf pour la Salustiana

Le marché des oranges aux Pays Bas est très compliqué. On assiste à des arrivages importants en provenance d’Espagne et dans peu de temps on assistera à l’arrivé d’agrumes en provenance de Grèce et de Turquie, l’offre augmentera davantage. Pour la Navelina, les prix du marché varient entre 55 et 75 centimes/kilo, la seule variété qui semble avoir un bon comportement est la Salustiana, avec des prix enregistrés entre 70 et 85 centimes/kilo.

USA: Les oranges reçoivent une nouvelle impulsion pour concurrencer les petits fruits

L’avancée des petits fruits depuis leur introduction a provoqué une réduction du marché pour la Navel. Les oranges se vendent normalement en vrac dans les supermarchés, alors que pour les petits fruits on fait plus attention à la présentation. Il est possible que les nouvelles variétés comme la Vintage Sweet, portent la Navel au segment suivant. Il semblerait que cela fonctionne. Un producteur affirme que les supermarchés font des efforts pour mieux exposer ces oranges sucrées avec des prix intéressants.

En Californie et Floride, certains producteurs se sont lancés dans la production écologique de cette variété. Cultiver des fruits écologiques est plus coûteux que cultiver d’autres fruits mais les perspectives indiquent que l’offre d’oranges écologiques cette année se maintiendra aux mêmes niveaux que celle de 2015. La récolte a commencé en novembre et s’étendra jusqu’à mai pour les Navel. En janvier on assistera à l’arrivée sur le marché des Cara Navel et la saison durera jusqu’à mars. Par la suite, suivront les sanguines en février (jusqu’à avril) et la Valencia arrivera sur le marché de mai à octobre.

Le Mexique attend l’amélioration des résultats de la campagne

La saison s’étend de novembre à avril. Jusqu’à cette date, les commerçants sont satisfaits de la campagne, même si les résultats n’ont pas été aussi bons qu’espéré. Etant donné que la récolte a déjà commencé, il est possible d’assister à une amélioration de la situation. La qualité des oranges est bonne, mais les calibres sont plus petits.

Avec Freshplaza

Regardez aussi

Agrumiculture : 450 exploitations ciblées par la vaste campagne anti-Covid

Agrumiculture : 450 exploitations ciblées par la vaste campagne anti-Covid

La vaste campagne anti-Covid-19 ciblera plus de 450 exploitations agrumicoles. La campagne de sensibilisation et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *