Accueil / Actualités / Actu internationales / Travail du sol, le risque est évalué

Travail du sol, le risque est évalué

Travail du sol, le taux de matière organique en baisse, le risque est évalué.

Le taux de matière organique dans le sol est en baisse, les engins agricoles menacent la structure des sols. Une étude évalue le risque au fil des années.

Travaux du sol, le risque est évaluéL’érosion, la battance et la compaction sont quelques-unes des menaces qui pèsent sur la qualité des sols. La conduite des cultures et des chantiers fait partie des solutions. Une revue étrangère met l’accent sur le danger que représentent la diminution du taux de matière organique des sols et les rotations trop simples.

Le travail du sol, conduit à ce que les organismes vivants, essentiels à de nombreuses fonctions écologiques, ne peuvent plus jouer leur rôle. En résulte une baisse de la productivité des sols, de leur stabilité et un risque de réduction de l’épaisseur de leur partie superficielle à cause de l’érosion.

Un essai d’une longue durée, sur le travail du sol, a été mis en place pour mesurer les effets d’apports réguliers de produits organiques sur la structure et l’activité biologique de l’horizon 0-25 cm d’une rotation blé-colza en labour et de l’horizon 0-10 cm d’une prairie. Ainsi, le carbone et l’azote, provenant des produits organiques résiduaires non minéralisés au cours de l’année, enrichissent progressivement le sol en ces éléments et influencent à la fois ses propriétés chimiques, physiques et biologiques. Après neuf années d’apports, la macroporosité est la propriété physique la plus impactée.

Les chercheurs confirment que dans les systèmes avec des cultures industrielles telles que la pomme de terre ou encore la betterave, le travail du sol est important et l’impact des engins est encore plus spectaculaire. Des obstacles à l’infiltration de l’eau et à l’enracinement sont formés à ce moment.  Aussi, lorsque le tassement des sols cultivés est sévère, la porosité structurale chute et devient presque nulle. Il modifie les propriétés du sol et perturbe la croissance et le fonctionnement des racines, donc l’alimentation des plantes en eau et en éléments minéraux.

Regardez aussi

Agrumiculture : 450 exploitations ciblées par la vaste campagne anti-Covid

Agrumiculture : 450 exploitations ciblées par la vaste campagne anti-Covid

La vaste campagne anti-Covid-19 ciblera plus de 450 exploitations agrumicoles. La campagne de sensibilisation et …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *