Accueil / Actualités / Actu internationales / Tomates : la Nouvelle-Zélande suspend ses exportations en raison du PepMV
Tomates : la Nouvelle-Zélande suspend ses exportations en raison du PepMV

Tomates : la Nouvelle-Zélande suspend ses exportations en raison du PepMV

La Nouvelle-Zélande suspend ses exportations de tomates en raison du PepMV.

Les exportations de tomates néo-zélandaises vers six pays ont été temporairement suspendues, après la découverte du virus de la mosaïque du pépino (PepMV) sur les cultures.

Le ministère des Industries primaires (MPI) néo-zélandais a fait part de sa décision de mettre un terme, du moins de manière temporaire, aux exportations de tomates vers l’Australie, le Japon, la Thaïlande, les Fidji, les Tonga et la Nouvelle-Calédonie, en raison du risque que comporte le PepMV dans ces pays, nous apprend Hortidaily.

Depuis quelques semaines, Biosecurity New Zealand et l’industrie de la tomate étudient la découverte en Nouvelle-Zélande du virus de la mosaïque du pépino (PepMV). Le virus a été détecté pour la première fois dans une serre d’Auckland et a ensuite été trouvé dans une poignée d’installations de production de tomates dans la région élargie d’Auckland.

Lire aussi : Maroc : un million de dollars pour combattre la résistance aux antimicrobiens

Les locaux où le PepMV a été trouvé peuvent continuer à fonctionner et à vendre des fruits dans des conditions d’hygiène renforcées. Cependant, il peut y avoir des restrictions sur l’exportation de ces produits agricoles vers des marchés qui sont connus pour considérer le PepMV comme un problème de quarantaine.

A noter que le PepMV est un virus qui peut provoquer la maladie de la mosaïque du pépino – principalement chez les tomates, mais potentiellement chez d’autres plantes solanacées, notamment les pommes de terre et les aubergines.

Regardez aussi

Le temps frais en Europe a réduit la demande pastèques et de melons

Le marché mondial du melon et de la pastèque

Marché mondial : le melon et la pastèque Le marché mondial du melon a connu …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *