AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu internationales / Tomates : Le Maroc peut être une solution à la crise de l’énergie en Europe
Des scientifiques développent des tomates sans pépins grâce au système CRISPR

Tomates : Le Maroc peut être une solution à la crise de l’énergie en Europe

Le Maroc, qui a une production de tomates stable, est bien placé pour offrir une solution à l’Europe.

La crise énergétique provoquée par la guerre en Ukraine a obligé environ 20 % des serriculteurs néerlandais à arrêter de travailler en hiver parce qu’ils ne peuvent pas se permettre des coûts d’électricité aussi élevés. 

Parmi eux, il y a de nombreux producteurs de tomates. En conséquence, les premières pertes de parts de marché commencent à se faire sentir. « Les chiffres des exportations pour le premier trimestre 2022 sont la moitié de ceux d’il y a un an », rapporte Wilco Van den Berg de GroentenFruit Huis.

Le Maroc, qui a maintenu une production de tomates stable au cours de la dernière décennie, fait partie des pays qui peuvent bénéficier de cette situation. Les chiffres d’ Eurostat montrent que les importations européennes de tomates en provenance du Maroc ont augmenté de 9 % pour atteindre 475 millions de kilos en 2021. Pour le premier semestre 2022, une croissance de 16 % est prévue. De plus, depuis plusieurs années nous avons au Maroc toutes les conditions nécessaires pour offrir des produits de qualité et en quantité suffisante si la demande s’en fait sentir.

Désormais, les Pays-Bas ont commencé à importer des tomates.

A titre informatif les dernières données de l’ Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) montrent que la France est le premier acheteur de tomates marocaines, avec une part de 56,2 %.  En 2020, les Pays-Bas étaient le deuxième exportateur de tomates, avec une valeur de 1,82 milliard de dollars. La même année, le Maroc occupait la quatrième place avec 852 millions de dollars.

Désormais, les Pays-Bas ont commencé à importer des tomates. Plus précisément, il y a deux ans, 312 millions de dollars provenaient principalement de l’Espagne (32,3%) et du Maroc, en troisième position, avec 15,7%.

Avec Hortidaily
Partager

Regardez aussi

Sadiki s’entretient avec le DG de la FAO à la veille de l’ARC33

À la veille de la 33ème session de la Conférence régionale de la FAO pour …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *