AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Technique / Dossier / ToBRFV : L’eau comme facteur de transmission
ToBRFV ravage les cultures de tomates
Tomates ToBRFV - Ph : DR

ToBRFV : L’eau comme facteur de transmission

Le Virus ToBRFV soumis à la menace invisible dans l’eau.

Le virus du fruit brun rugueux de la tomate (ToBRFV) représente une menace sérieuse pour la production mondiale de tomates. Originaire d’Israël, le ToBRFV a rapidement fait des ravages dans plus de 50 pays, bouleversant les rendements d’une culture très répandue dans le monde.

Détecté pour la première fois en 2014 en Israël et en 2015 en Jordanie, le ToBRFV a provoqué d’énormes pertes de rendement en induisant des symptômes caractéristiques de mosaïque, un rétrécissement des feuilles, et des taches rugueuses sur les fruits. Sa propagation rapide sur plusieurs continents en moins d’une décennie soulève des préoccupations sur les méthodes de transmission et les risques potentiels liés à ce virus.

La propagation du ToBRFV a entraîné d’énormes pertes économiques, affectant non seulement les cultures de tomates mais aussi celles de poivrons. L’incidence de la maladie dans les cultures touchées varie entre 50 et 100 %, avec des réductions de rendement allant de 10 à 55 %. Ces chiffres soulignent l’ampleur du défi auquel l’industrie agricole est confrontée.

La stabilité des virions du ToBRFV pose un défi supplémentaire, car ces agents pathogènes restent infectieux dans le sol, l’eau d’irrigation, et le drainage pendant des périodes prolongées. Les études antérieures ont révélé la présence de tobamovirus dans différents échantillons environnementaux, suggérant que l’eau pourrait être une voie de transmission cruciale.

Risque de transmission par l’eau.

L’agriculture moderne dépend fortement de l’irrigation, représentant plus de 80 % de la consommation mondiale d’eau. La possibilité que le ToBRFV se propage par l’eau soulève des inquiétudes quant à l’utilisation d’eaux alternatives, telles que les eaux usées, pour l’irrigation en cas de pénurie d’eau.

Lire aussi : ToBRFV : Pertes financières et stratégies de gestion

Impact sur les Systèmes Hydroponiques.

Les systèmes hydroponiques, de plus en plus utilisés dans la production agricole, peuvent être des vecteurs potentiels de transmission du ToBRFV. Les études menées sur la transmission par voie hydrique suggèrent que le ToBRFV peut persister dans l’eau et infecter les plantes par les racines, créant ainsi un risque d’épidémie dans ces systèmes.

Expérimentations pour Comprendre la Transmission.

Des expériences ont été menées pour étudier la survie du ToBRFV dans des environnements aqueux et pour évaluer sa transmission par l’eau. Les résultats montrent que le virus reste infectieux dans l’eau pendant plusieurs semaines, soulevant des questions cruciales sur la gestion de l’eau dans les serres commerciales.

Alors que la recherche sur le ToBRFV progresse, des préoccupations persistent quant à la possibilité de transmission par l’eau et aux risques associés à l’utilisation d’eaux contaminées en agriculture. Les résultats de cette étude soulignent la nécessité d’une gestion intensive et de pratiques agricoles adaptées pour éviter la propagation du virus.

Le ToBRFV représente une menace sérieuse pour la production mondiale de tomates. La recherche continue à explorer les voies potentielles de transmission, mettant en évidence l’importance cruciale de l’eau dans la propagation du virus. La vigilance et des pratiques agricoles durables sont essentielles pour atténuer les risques et protéger l’approvisionnement mondial en tomates.

Source : Frontiers
Partager

Regardez aussi

Myrtilles : Récolte et gestion en post-récolte

Myrtilles : Récolte et gestion en post-récolte

Myrtilles : Récolte et gestion en post-récolte. La culture de la myrtille au Maroc dispose d’un fort potentiel. …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *