AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / Actu internationales / En France un système de canaux imaginé au XVIe siècle résiste au changement climatique
Le chercheur ouvre une vanne pour inonder un champs - ph : AFP

En France un système de canaux imaginé au XVIe siècle résiste au changement climatique

L’Équilibre fragile de la Crau (France) face à l’urbanisation et au climat.

En France, un ingénieux réseau de canaux mis en place au XVIe siècle continue de permettre l’irrigation de prairies de foin, abritant une riche biodiversité, et joue un rôle essentiel dans la recharge d’une vaste nappe phréatique. Cependant, cet équilibre fait face à des menaces dues à l’urbanisation et aux effets du changement climatique.

S’étendant entre les villes d’Arles et de Salon-de-Provence, dans le sud-est de la France, le paysage est un patchwork d’oliveraies entremêlé de vastes étendues vertes ornées de fleurs colorées de mars à la fin de l’été.

Ce foin (…) est très recherché jusqu’au Moyen-Orient

Didier Tronc, Directeur du Comité du foin de Crau, dont la famille est impliquée depuis des générations dans la production de ce fourrage convoité, explique que le foin de Crau provient de prairies naturelles qui prospèrent depuis des décennies, voire des siècles, abritant une quarantaine d’espèces végétales identifiées. Ce foin, soutenu par un groupe de 220 producteurs, est devenu le premier aliment pour animaux à recevoir le statut d’Appellation d’Origine Protégée (AOP). Il est très recherché par les éleveurs de chevaux, jusqu’au Moyen-Orient, et joue un rôle clé dans la production de fromage pour les vaches, les moutons et les chèvres.

En plus de sa richesse botanique, il présente une concentration plus élevée en minéraux et en oligo-éléments, attribuée au fait qu’il est irrigué avec de l’eau de la rivière Durance.

Contrairement à certaines pratiques d’irrigation agricole critiquées par les défenseurs de l’environnement pour leur impact négatif sur les niveaux des nappes phréatiques (comme les réservoirs d’eau à grande échelle), le système d’irrigation utilisé pour les prairies de foin fonctionne dans un cercle vertueux.

72% des réserves d’eau souterraine en France sont actuellement en dessous des normales saisonnières

En fait, il contribue de manière significative, environ 70%, à la recharge de la nappe phréatique, qui fournit de l’eau potable à environ 300 000 personnes en Provence, comme le souligne le Syndicat Mixte pour la Gestion de ce « lac » souterrain (Symcrau).

Cette contribution est particulièrement précieuse étant donné que 72% des réserves d’eau souterraine en France sont actuellement en dessous des normales saisonnières, selon les données officielles récemment publiées.

Aux côtés de cette Crau aride, où les troupeaux de moutons errent de l’automne au printemps, la Crau « verte » a évolué à partir de 1554. Cette transformation a été rendue possible grâce à un ingénieux système de canaux conçu par l’ingénieur Adam de Craponne (1525-1576).

À proximité du Pas de Lamanon, un point stratégique où un canal central arrive toujours après plus de quatre siècles, Gaétan Guichard, Directeur de l’Association des Arrosants de la Crau (Asco), explique, « L’eau se divise en un réseau de canaux s’étendant des Alpilles du sud jusqu’à Arles et Salon-de-Provence, ressemblant à un système circulatoire, » s’étendant sur plus de 500 kilomètres.

L’efficacité de ce système est attribuée à la gravité, fonctionnant sans nécessiter d’énergie supplémentaire. Guichard souligne que pendant l’hiver et l’automne, aucune eau n’est prélevée dans la Durance, laissant les canaux à sec.

Ph : AFP

Cependant, au printemps et en été, les agriculteurs disposent de « tours d’eau » toutes les sept à douze jours, leur permettant de puiser de l’eau pendant des heures spécifiques. Grâce à la manipulation manuelle des vannes, l’eau envahit les prairies.

François Charron, un expert en gestion de l’eau à l’Institut Agro, une institution renommée en agro-écologie en France, souligne que cette pratique est loin d’être gaspillée. Il met en avant les impacts positifs sur la nappe phréatique et la biodiversité, expliquant que la culture du foin ne nécessite ni pesticides ni nitrates, contribuant ainsi à une eau de haute qualité.

En atténuant l’intrusion d’eau salée dans cette région méditerranéenne et en nourrissant les zones humides, cette source d’eau joue un rôle dans la promotion de la biodiversité de la Crau.

Cependant, en plus de l’urbanisation croissante affectant les terres naturelles et agricoles, l’augmentation des températures pose également des défis. En 2022, une année marquée par une sécheresse sans précédent, les canaux ont été fermés plus tôt que d’habitude, entraînant des pertes de production de foin pouvant atteindre 30%.

Partager

Regardez aussi

M. Sadiki ministre agriculture 2022

Sadiki mène plusieurs entretiens autour de la coopération agricole en Afrique

La coopération dans le domaine agricole au centre d’entretiens entre M. Sadiki et plusieurs de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *