Accueil / Actualités / Actu internationales / Retard de la récolte des tomates industrielles en Espagne

Retard de la récolte des tomates industrielles en Espagne

Des températures insuffisantes ont retardé le début de la récolte des tomates industrielles en Espagne.

En fin juillet, la récolte des tomates industrielles n’avait toujours pas commencé dans la plus grande zone de production de la province de Séville en Espagne.

D’après TomatoNews, Les opérateurs locaux ne comptaient lancer la campagne avant le 6 août, une date tardive pour cette région du sud de l’Espagne. Ceci est dû aux températures insuffisamment élevées du mois de juillet, tout juste supérieures à 30°C alors que les normales saisonnières de la région se situent plutôt au voisinage des 40°C à cette période. « Ces températures douces ont beaucoup nui à la campagne, dont le début a été reporté du 24 juillet au 6 août», a expliqué le président de la coopérative Las Marismas de Lebrija, Juan Sanchez Vargas.

La coopérative sévillane est très pessimiste en ce qui concerne ses perspectives de campagne, estimant que « tous les facteurs agronomiques et climatiques ont joué en défaveur de la récolte ». En tout premier lieu, le président de Las Marismas déplore une baisse significative des surfaces dédiées à la tomate d’industrie : « En janvier, nous avons été confrontés à une sécheresse inattendue, et la peur du manque d’eau a convaincu de nombreux agriculteurs d’opter pour d’autres cultures. Puis, en février, il a commencé à pleuvoir, mais il était déjà trop tard pour replanter les hectares perdus ». Alors que la campagne 2017 avait mobilisé 2 350 hectares environ, la tomate d’industrie ne couvre que 1 560 hectares en 2018.
A cette diminution sensible des surfaces s’ajoute l’effet négatif des fortes pluies sur les rendements agricoles, dont les producteurs s’attendent à ce qu’ils ne «dépassent pas 100 mT/ha cette année quand ils avoisinaient 130 mT/ha en moyenne la saison dernière », ajoute Juan Sánchez.

Au final, la coopérative Las Marismas de Lebrija n’envisage pas de transformer plus de 180 000 tonnes de tomate fraîche ; la production de concentrés de tomate ne devrait pas dépasser 30 000 mT de produits finis, un volume en retrait de 40% sur le résultat de la campagne 2017, au cours de laquelle l’entreprise avait traité 300 000 mT de tomate environ. En termes de chiffre d’affaires, le défaut d’activité représente « une perte de 21 millions d’euros environ », estime Juan Sánchez, à laquelle s’ajoutent les pertes attendues sur les autres secteurs (poivre, coton, etc.) qui ont « également souffert des pluies du printemps et du manque de chaleur de l’été ».

La coopérative déplore également les conséquences commerciales de la baisse d’activité. Plus de 90% des concentrés de tomates produit par Las Marismas sont exportés vers les pays européens, asiatiques et africains. L’an dernier, les produits fabriqués à Lebrija ont été exportés pour la première fois vers la Corée du Sud, la Turquie et l’Arabie Saoudite. Avec la réduction drastique des quantités produites, l’entreprise redoute de devoir « quitter ces marchés nouvellement approvisionnés, avec le risque de perdre une clientèle dont la conquête avait coûté beaucoup de temps et de travail ».

Regardez aussi

Vidéo : une tomate en train de pourrir fait plus de 14 millions de vues sur YouTube

Vidéo : une tomate en train de pourrir fait plus de 14 millions de vues sur YouTube

La vidéo d’une tomate en train de pourrir, fait plus de 14 millions de vues …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *