AgriMaroc AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Actualités / La rareté des ressources hydriques menace la culture de la betterave à sucre
La rareté des ressources hydriques menace la culture de la betterave à sucre
La rareté des ressources hydriques menace la culture de la betterave à sucre.

La rareté des ressources hydriques menace la culture de la betterave à sucre

La rareté des ressources hydriques menace la culture de la betterave à sucre.

La superficie réservée à la culture de la betterave à sucre a connu une baisse considérable, passant de 55.000 ha à 45.000, une baisse qui risque de s’intensifier en raison de la rareté des ressources hydriques.

Actuellement, le Maroc couvre presque 50% de ses besoins en sucre et pourtant, cette mi-autosuffisance pourrait être, selon la COSUMAR, sous la menace de la rareté des ressources hydriques, la culture nécessitant une forte consommation en eau.

Lire aussi : Akhannouch démonte les préjugés sur la consommation en eau de la pastèque

Dès lors, il est nécessaire de mettre en place « de nouvelles techniques notamment la dessalinisation de l’eau de mer », a indiqué la COSUMAR à la MAP, soulignant que « le taux de rendement varie entre 40 et 90 tonnes par hectare malgré les défis auxquels font face les agriculteurs, tout en ajoutant que ce chiffre peut atteindre 120 tonnes par hectare ».

En février dernier, Mohamed Alamouri, Président de la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (COMADER), avait souligné les mêmes problèmes. Néanmoins, il rassure. «Actuellement, le sucre est pratiquement cultivé. Toutefois, nous sommes en train d’améliorer des aspects techniques en vue d’augmenter les rendements et rattraper le déficit causé par l’abaissement de la superficie irriguée», avait-il précisé.

Source : agrimaroc, MAP
Partager

Regardez aussi

sadiki iav 2024

Ouverture de la 3ème édition du Salon de l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II

Le salon de l’IAV Hassan II constitue une plateforme propice de rencontres entre les étudiants, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *