Accueil / Actu Entreprises / OCP Vidéo: Le semis direct, levier clé pour augmenter la résilience de l’agriculture face aux changements climatiques
OCP: Le semis direct, levier clé pour augmenter la résilience de l’agriculture face aux changements climatiques
OCP: Le semis direct, levier clé pour augmenter la résilience de l’agriculture face aux changements climatiques

OCP Vidéo: Le semis direct, levier clé pour augmenter la résilience de l’agriculture face aux changements climatiques

La plateforme Al Moutmir Open Innovation Lab favorise le développement d’une agriculture prospère et durable.

Dans le cadre de la troisième édition de Al Moutmir « Open Innovation Lab » OCP a organisé le 20 mai 2020 un webinaire sous le thème : « Le semis direct, levier clé pour augmenter la résilience de l’agriculture face aux changements climatiques ». Une centaine de participants ont pris part à cette rencontre qui a visé à échanger autour de ce système faisant partie intégrante de l’agriculture de conservation.  Ce fut aussi une occasion de présenter le bilan de la première phase du programme Al Moutmir de semis direct.

 A cause des conditions de confinement imposées par l’état d’urgence sanitaire due à la pandémie du coronavirus (Covid-19), cette troisième édition s’est déroulée sous forme de webinaire sur Microsoft Teams. Pour rappel, l’objectif de la plateforme Al Moutmir Open Innovation Lab est d’explorer des modèles innovants dans différents domaines en guise de favoriser le développement d’une agriculture prospère et durable au Maroc et en Afrique.

Plus de 100 personnes ont participé à cette édition : agriculteurs, agricultrices, organisations professionnelles, économistes, agronomes, experts, partenaires et plusieurs autres intervenants partagent tous le souci du développement d’une agriculture nationale et africaine moderne, durable résiliente aux changements climatiques.

Le webinaire s’est déroulé en trois panel, selon le programme suivant, avec intervention de chercheurs, acteurs et représentants de différents institutions et organismes :

Le semis direct permet non seulement de lutter contre l’érosion des sols et l’envasement des barrages

Le Premier panel qui concerne le semis direct, levier clé pour une agriculture résiliente face aux changements climatiques en Afrique, a été animé par Dr. Moussadek Rachid Chercheur au Centre International de le Recherche Agronomique pour les zones Aride (ICARDA) qui a donné un aperçu sur le développement du semis direct à travers le monde et au Maroc également au fil des années, ayant un rôle très important dans la lutte contre l’érosion des sols. Selon Dr Moussadek, le semis direct permet non seulement de lutter contre l’érosion des sols et l’envasement des barrages, mais aussi d’améliorer les caractéristiques physicochimiques, notamment le taux de la matière organique dans les sols,comme l’affirment plusieurs recherches réalisées en partenariat entre ICARDA, INRA et le groupe OCP.

La technique permet d’augmenter les rendements des récoltes

La 2ème intervention était assurée par Mr El Gharrass Oussama, chercheur à l’Institut National de la Recherche Agronomique INRA, qui a défilé la chronologie de l’évolution du semis direct à l’échelle nationale. Avec des années d’affilées de sècheresse, et en guise d’adaptation, l’efficience d’utilisation des ressources naturelles en eaux et en fertilisants s’impose. Plusieurs recherches réalisées dans la région de Chaouia et d’autres régions aussi par L’INRA ont confirmé l’efficacité de cette technique en terme d’augmentation de rendement. Ces pionniers du Semis Direct au Maroc, à travers de plusieurs travaux ont soulevé plusieurs avantages agronomiques, écologiques mais aussi économiques.

Pour Mr EL Gharrass, le semis direct donne des résultats nettement supérieurs à celles du conventionnel non seulement en années de faibles pluviométrie, mais aussi dans le cas où les précipitations annuelles dépassent les 420 mm ou on peut atteindre des rendements supérieurs de 30 à 40% par rapport au conventionnel.

Mr El Houssine El Mzouri, Expert du programme Al Moutmir, a partagé avec les participants l’historique du semis direct au Maroc et les différentes étapes par lesquelles est passée l’adoption de ce système d’agriculture qui fait partie des pratiques de l’agriculture de conservation

Pour lui, les efforts du programme Al Moutmir, viennent assurer la continuité des efforts du ministère en accélérant son adoption notamment par les petits agriculteurs. Notamment grâce au dynamisme de son jeune équipe d’agronome, à leur force de conviction et d’attraction capable de fédérer tous ces partenaires autour du projet.

Le deuxième panel a été l’occasion pour l’équipe Al Moutmir de présenter le bilan de cette première phase de son programme de Semis direct lancé en octobre 2019 : objectifs, les moyens mobilisés et l’approche mise en œuvre. L’analyse de données collectées aux niveau de différents stades ainsi que les résultats préliminaires des rendements obtenus lors de la comparaison entre plusieurs plateformes de démonstrations (PFD) de semis direct et conduite conventionnelle a démontré une amélioration significative au niveau de tous les stades à savoir :

  • Une moyenne de 12% au niveau de la densité de peuplement
  • 10 à 30% au niveau de la densité de peuplement
  • Plus de 23% de différence en matière de rendement en grains
  • Économie des charges notamment celles relatives aux travaux de labour et de préparation des lits de semis de 900 à 1300 dhs/ha.

Ce malgré les conditions climatiques difficiles de cette campagne agricole, caractérisée par une faiblesse et une irrégularité des précipitations dans tous les zones agro-climatiques. Reste a signalé qu’au niveau des zones Bour favorable, favorable supérieur et en zone de montagne les rendements de certaines PFD semis direct ont dépassé celles en conventionnel de 210%.

« Le semis direct, dès sa première année, fait preuve de résilience face à aux conditions climatiques spéciales de cette année plus au moins difficile » atteste Mr Maalem Ayoub, Agronome au sein d’OCP Groupe.

Le semis direct et son rôle dans la vulgarisation agricole

Reconnaissant le rôle de la vulgarisation agricole dans l’adoption du Semis Direct, plusieurs organismes sont venus partager leurs expériences et animer le 3ème panel.

APNI, l’Institut africain de nutrition des plantes représenté par Mr Hakim Boulal, l’association AGENDA, Agriculture, Environnement et Développement pour l’Avenir représentée par Mr Mohamed El Mourid, AMAC, l’Association Marocaine de l’Agriculture de Conservation représentée par Mr Mouhssine ABDELHAKIM et ONCA, l’Office National du Conseil Agricole représenté par Mr Ali Mribrti, ont tous convergé sur l’importance de la collaboration interinstitutionnelle et interprofessionnelle pour la vulgarisation de ce système et son adoption par les agriculteurs au niveau toutes les régions du royaume.

Ces institutions ont toutes attesté du dynamisme créé par le programme Al Moutmir qui est venu booster le programme national du semis direct et ont salué les efforts du programme en terme de ressources matérielles aussi bien que des ressources et compétences humaines. Les différents intervenants ont aussi exprimé leur prédisposition pour collaborer et faire avancer les choses dans le but de doubler les efforts et les objectifs à atteindre.

Les représentants de l’APNI et l’ONCA ont salué les efforts déployés par les équipes Al Moutmir et les résultats obtenus en cette première phase. Quant aux deux associations AMAC et AGENDA, les deux représentants ont exprimé leur entière disposition pour collaborer avec tous les intervenants pour promouvoir le développement du système à l’échelle national, faciliter et pérenniser son adoption par les agriculteurs.

Les organisations professionnelles ont aussi pris part à ce panel, étant le moteur principal de ce chantier. Plusieurs intervenants, présidents de différentes organisations professionnelles au niveau national, ont enrichi ce séminaire à travers leurs interventions portant sur les rendements obtenus au niveau des PFD dans leurs régions et comment le semis direct peut augmenter la résilience face aux changements climatiques et l’importance de la réduction de la dose de semis. Ils ont aussi abordé des sujets techniques sur l’utilisation, l’importance de la calibration et du réglage du semoir.

 Taoufik Bahajji, président de l’association Guerouane des producteurs des céréales et légumineuses de El Hajeb, agriculteur convaincu de ce système a évoqué l’importance de la réduction de la dose du semis pour réussir le semis direct. Les meilleurs rendements cette campagne, qui ont dépassé 80qx/ha, ont été obtenus avec des doses de semis de moins de 120 Kg/ha, selon lui.

Pour finir, la reconnaissance des efforts des Organisations professionnelles était capital. Pour ce fait, malgré les circonstances actuelles, une cérémonie symbolique de remise de certificats de reconnaissance pour chaque Association et Coopérative ayant bénéficié du programme Al Moutmir du semis direct.

Également des Trophées de performance basés sur des critères d’évaluation prédéfinie par l’équipe seront remis aux 12 organisations professionnelles ci-dessous :

  • Coopératives Tomy de Safi:
  • Coopérative KhairTamadroust de Settat
  • Coopérative AL KHAIR de Sidi bennour
  • Association marocaine de développement agricole d’El jadida
  • Association MeknassatZaitoun de Meknès
  • Coopérative Msouar Pour La production et la valorisation des produits agricoles de Khénifra
  • Coopérative El Baraka pour le semis direct et l’agriculture de conservation de Khouribga
  • Association Guerouane des producteurs des céréales et légumineuses de Elhajeb
  • Coopérative Agricole Sidi Moussa de Ouezzane
  • Coopérative Agricole Attahadi de Ouezzane
  • Association Rdate pour l’Agriculture Durable de Sidi kacem
  • Association Ouargha pour l’Agriculture Durable de Sidi Kacem

 Le programme de semis direct OCP

Face aux changements climatiques et à la rareté des précipitations, il est nécessaire de se pencher sur des modèles territoriaux de transition agro-écologique de l’agriculture qui puissent mettre en œuvre des mesures variées et complémentaires d’adaptation. C’est dans ce cadre qu’OCP a lancé en octobre 2019 sa nouvelle offre de semis direct avec le concours d’une panoplie d’associations et coopératives agricoles à l’échelle nationale. Cette initiative intervient dans le cadre des efforts déployés par OCP en vue de contribuer à la promotion de mesures d’adaptation de l’agriculture marocaine aux changements climatiques via un développement agricole résilient.

L’objectif de l’initiative Al Moutmir à travers son programme de semis direct est de soutenir considérablement cette lancée et accélérer ainsi l’adoption du semis direct à l’échelle nationale en tant que levier clé du nouveau modèle de transition agro-écologique de l’agriculture dans notre pays.

En chiffres :

Mise à disposition de plus de 35 semoirs

Accompagnement de plus de 2000 agriculteurs dans 72 commune territoriale au niveau de 18 province

Couverture de plus de 10 000 hectares

600 plateformes de démonstration

 

Regardez aussi

Souss-Massa: L'ONSSA alloue 1,6 MDH à la lutte contre la cochenille du cactus

Souss-Massa: L’ONSSA alloue 1,6 MDH à la lutte contre la cochenille du cactus

L’ONSSA lancera une opération de destruction de plantations de cactus infestées par la cochenille. La …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *