Accueil / Actualités / Actu internationales / Le Maroc dans le top 10 des producteurs de plantes aromatiques et médicinales
image_not_found

Le Maroc dans le top 10 des producteurs de plantes aromatiques et médicinales

Le Maroc s’impose dans le top 10 des producteurs de plantes aromatiques et médicinales (PAM).

Le Maroc est placé parmi les dix premiers grands producteurs mondiaux des plantes aromatiques et médicinales (PAM) et dispose d’un potentiel compétitif non négligeable.

Le Maroc est placé parmi les dix premiers grands producteurs mondiaux des plantes aromatiques et médicinales (PAM) et dispose d’un avantage compétitif non négligeable qui consiste en l’abondance de certains peuplements et espèces à l’état spontané.

La filière du Romarin permet au Maroc de produire plus de 60 tonnes d’huile essentielle par an, devançant ainsi les deux autres pays méditerranéens, l’Espagne et la Tunisie, ont indiqué les participants à la journée d’étude initiée le 18 février par l’Université Moulay Ismail de Meknès (UMI), sous le signe « La filière des PAM : Quelles perspectives pour le développement territorial de la région ».

Organisée par l’Université Moulay Ismail de Meknès (UMI), cette rencontre vise particulièrement à sensibiliser les étudiants et les spécialistes concernés par ce domaine (biologistes, écologistes, pharmaciens, médecins, sociologues, anthropologues, producteurs, chercheurs…) à l’importance de cette filière.

Des opportunités à saisir

Les intervenants de la rencontre ont mis l’accent sur l’importance du secteur des PAM qui ne cesse d’évoluer en relation, d’une part, avec la forte augmentation de la demande mondiale enregistrée ces dernières décennies pour les PAM et leurs produits dérivés et, d’autre part avec le nombre croissant d’utilisateurs et la diversité des domaines de leur valorisation.

Cette conjoncture, offre une réelle opportunité de développement pour le Maroc, par l’adoption d’une politique adéquate, dans le domaine de la gestion, l’exploitation et la valorisation des PAM.

Le secteur des PAM au Maroc a besoin, en effet, d’être dynamisé par des grands acteurs disposant de ressources financières et humaines performantes et du savoir-faire technique, commercial et managérial nécessaires pour créer et maintenir un avantage concurrentiel sur un marché international de plus en plus mondialisé et dans un environnement économique et commercial qui évolue rapidement, a indiqué le Directeur de l’Université Moulay Ismail de Meknès, Hassan Sahbi lors de la journée.

Une journée de sensibilisation et d’information sur la filière des PAM

L’objectif principal de cette rencontre est la mise en place d’une stratégie de travail en encourageant des projets collaboratifs et stratégiques en relation avec la filière PAM de la région de Meknès selon une vision partagée par les différents acteurs.

Les normes nationales en matière des PAM, l’apport de l’agence pour le développement de la filière au niveau régional, la place des PAM dans la dynamique socioéconomique territoriale ainsi que le rôle de la recherche scientifique pour le développement de la filière des PAM, sont les principaux thèmes de cette journée, initiée en collaboration avec le pôle de compétences PAM de l’UMI et l’Ecole nationale d’agriculture (ENA) de Meknès.

Cette rencontre était une occasion aussi pour sensibiliser un public d’étudiants de l’enseignement supérieur concernés par ce domaine (biologie, écologie, pharmacie, médecine, sociologie, anthropologie, etc.), exposer et débattre de la problématique de la filière par et pour les spécialistes (producteurs, chercheurs, juristes, laboratoires).

L’Université de Moulay Ismail veut s’intégrer dans une nouvelle dynamique visant à créer un pôle de compétence dans le secteur PAM et ceci dans le but de mobiliser les facteurs clefs de la compétitivité, en particulier la capacité d’innovation, et pour développer la croissance et l’emploi sur les marchés porteurs et en relation avec le secteur PAM de la région.

Les PAM au centre du Plan Maroc Vert

Au niveau national, de nombreux plans et stratégies nationaux relatifs au développement de l’agriculture, y compris le Plan Maroc Vert, ont été mis au point pour corriger les déséquilibres des zones rurales, instaurer une meilleure mise en valeur des potentialités régionales et favoriser l’émergence d’un environnement porteur de croissance économique et de bien-être pour les populations.

La filière des PAM considérée émergente, est devenue un enjeu stratégique pour l’agriculture marocaine et a été identifiée comme étant une niche à intégrer dans le développement régional dans le cadre du pilier II du Plan Maroc Vert qui encourage le développement de l’agriculture solidaire et des produits de terroir.

Ces initiatives constituent un important atout pour l’établissement et le développement du secteur des PAM au Maroc puisque cette filière revêt un intérêt socio-économique certain et présente de nombreuses potentialités favorables au développement rural et à l’économie de montagne et des zones difficiles.

Un marché mondial et national en plein essor

Par ailleurs, le marché mondial des PAM est estimé à 64 milliards de dollars, et la demande de leur consommation dans le monde est en croissance continue (environ 15 à 25% par année) mais le secteur souffre encore de faiblesses pour plusieurs raisons, dont la non-maîtrise des technologies et de la qualité, le manque d’encadrement et l’absence de stratégie de valorisation socio-économique et commerciale.

Le secteur des PAM au Maroc est l’un des plus riches au monde, en raison de sa diversité (4200 espèces dont 800 endémiques), parmi lesquelles près de 400 espèces sont reconnues pour leur usage médicinal ou aromatique, ainsi que pour leur potentiel de développement, en particulier pour l’exportation.

Actuellement, le Maroc est classé 12è exportateur mondial des plantes aromatiques et médicinales. Un grand potentiel d’expansion vers un marché mondial estimé à 15 milliards de dollars est à exploiter.

Il existe près de 130 exportateurs de PAM au Maroc, un nombre qui ne cesse de croître, mais demeure relativement faible compte tenu du potentiel du marché. Comme le secteur continue de croître, les organismes gouvernementaux responsables de la protection des forêts et parcours nationaux sont confrontés à un défi de taille : comment conserver la biodiversité et protéger les ressources naturelles du Maroc tout en créant un environnement dans lequel les populations rurales peuvent participer aux activités de croissance économique de la cueillette spontanées en milieu naturel afin d’améliorer leurs moyens de subsistance, tout en augmentant la valeur ajoutée de l’exploitation des PAM à l’échelle nationale.

Regardez aussi

Danemark : la menthe fraîche à l'origine d'une épidémie de Shigellose

Danemark : la menthe fraîche à l’origine d’une épidémie de Shigellose

La menthe fraîche serait à l’origine, au Danemark, d’une épidémie de Shigellose. Au Danemark, la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *