Accueil / Actualités / Actu internationales / Maroc-Chine: vers un partenariat stratégique
Maroc-Chine: vers un partenariat stratégique - AgriMaroc.ma

Maroc-Chine: vers un partenariat stratégique

Lancement d’un partenariat stratégique entre le Maroc et la Chine.

Le Roi Mohammed VI est actuellement en déplacement en Chine. Objectifs : Lancement d’un partenariat stratégique entre le Maroc et la République de Chine avec la signature d’une série d’accords bilatéraux. Les relations Maroc-Chine devraient entamer une nouvelle étape marquée par une orientation vers l’Afrique.

Partenariat stratégique et accords bilatéraux sont au programme de la visite royale en Chine. Après l’Inde et la Russie, le Maroc poursuit sa tournée des pays émergents avec les mêmes ambitions :

  • Élargissement du partenariat économique et commercial
  • Renforcement des échanges culturels et politiques
  • Et l’installation d’une coopération tripartite vers l’Afrique.

La Chine : nouveau partenaire privilégié du Royaume

En effet, les relations commerciales entre le Maroc et la Chine ont connu, ces cinq dernières années, un bond phénoménal. De ce fait, la Chine est le 3e partenaire commercial du Royaume, après l’Union européenne et les États-Unis.

Pourtant, les relations économiques avec la Chine sont loin d’être équilibrées. La Chine pèse près de 11% dans le déficit de la Balance Commerciale des Biens. Une tendance qui s’est confirmée depuis le début des années 2000. Vient s’y ajouter l’adhésion de la Chine à l’OMC en 2001.

Selon les Statistiques de l’Office des Changes, la balance commerciale entre le Maroc et la Chine est déficitaire à fin septembre 2015, avec un solde commercial estimé à 20,88 MMDH. Quant aux exportations du Maroc vers la Chine, à la même période, elles sont estimées à 1,71 MMDH, alors que ses importations se sont chiffrées à 22,59 MMDH.

Des intérêts mutuels en jeu

Les deux pays semblent complémentaires sur plusieurs points. En ce qui concerne la Chine, le Maroc représente une destination privilégiée grâce à son positionnement géostratégique comme plateforme d’investissement, d’exportation et d’off-shoring ce qui permet aux investisseurs chinois un accès préférentiel aux marchés de 55 pays (soit 1,2 milliards de consommateurs) avec lesquels le Maroc a conclu des accords de libre-échange (tels que l’UE, les USA, les Pays Arabes, etc.).

Le Maroc envisage donc de faire de la coopération triangulaire, “Chine-Maroc-Afrique”, l’un des axes majeurs de son partenariat. Le royaume entend capitaliser sur son expérience avant-gardiste en Afrique, qui s’est manifestée par de nombreux projets de développement.

Une dynamique africaine dont la Chine a grandement besoin pour conserver sa supériorité économique

Avec la hausse des besoins en matières premières, la Chine se trouve dans l’obligation de diversifier ses partenariats, de s’ouvrir sur de nouveaux marchés (Afrique francophone) et de ne plus limiter sa présence aux marchés «traditionnels» (Afrique anglophone).

En contrepartie, la Chine pourrait apporter son savoir-faire et aider le Maroc dans des domaines très diversifiés. Les dirigeants chinois assurent que la Chine vient en Afrique non pas comme «une puissance conquérante», mais plutôt comme un partenaire de développement et de progrès. Une stratégie qui devrait se traduire par une accélération du rythme des investissements.

Le volume des investissements chinois au Maroc augmente sans cesse

La croissance de l’économie chinoise et le renforcement du potentiel de ses entreprises créent des conditions favorables aux investissements à l’étranger. Encouragés par le gouvernement chinois, ces investissements au Maroc couvrent entre autres la pêche, l’industrie de transformation, les télécommunications. Plusieurs entreprises chinoises sont bien implantées au Maroc (secteur des télécoms, de la finance et des travaux publics).

Le Maroc gagnerait à renforcer ses liens avec la Chine dans plusieurs domaines d’expertise

Il s’agit surtout de secteurs tels que l’agriculture, de la pêche, de l’infrastructure, de la télécommunication et des énergies renouvelables sur lesquels la Chine dispose d’une grande expérience.

Le Maroc est tenu de fournir un meilleur effort promotionnel pour améliorer sa compétitivité au niveau de ce vaste marché et rééquilibrer les échanges avec la Chine.

Certains obstacles techniques doivent être relevés pour que la machine se mette en marche

Le développement du transport entre les deux pays constitue un élément clé dans la promotion des flux touristiques à destination du royaume et des échanges économiques et commerciaux. Les obstacles culturels et de langues qui pourraient constituer un obstacle au business. Nul doute que le partenariat stratégique dont les contours devraient être dessinés à l’occasion de la visite officielle du souverain à Pékin, s’adressera en priorité à ces questions.

Crédit photo:DR

Regardez aussi

La recherche agronomique peut être capitale pour la filière biologique

La recherche agronomique peut être capitale pour la filière biologique

La recherche agronomique peut être d’une aide précieuse pour le secteur biologique au Maroc. Dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *