×
AgriMaghreb AgriAfriOuest AgriAlgerie AgriTunisie
Accueil / Technique / Dossier / Le marché mondial de la tomate
Exportations de tomates le Mexique se prépare à un nouveau record
Tomates - Ph : DR

Le marché mondial de la tomate

Marché mondial : la tomate

Cette saison, un thème commun au marché mondial de la tomate est la pression croissante exercée par des maladies telles que le ToBRV, ainsi que la persistance de conditions climatiques anormales et la hausse des coûts de production. L’augmentation du coût de l’énergie dans la plupart des cas est un sujet de préoccupation particulier car l’hémisphère nord passe à la culture éclairée pendant les mois sombres de l’hiver. Tous ces facteurs combinés se traduisent par une hausse générale des prix des tomates.

Pays-Bas et Belgique : la crise énergétique et les problèmes liés aux virus mettent la pression sur les producteurs de tomates

Dans les serres de tomates néerlandaises et belges, les lumières sont allumées depuis un certain temps déjà. C’est l’heure des récoltes éclairées, après une saison jusqu’ici exceptionnelle et des prix remarquablement élevés depuis l’été. Pour l’instant, ce sont les prix élevés de l’énergie qui sont le facteur le plus marquant.

La saison des cultures non éclairées est terminée, à l’exception d’un petit groupe de producteurs d’automne qui produisent principalement des tomates en grappe de grande taille. Ils entrent en production à cette époque pour une courte période. La plupart des producteurs sans éclairage sont maintenant dans leur rotation de cultures et se préparent à une nouvelle saison. Il est certain que pour les producteurs qui plantent en décembre de nouvelles cultures non éclairées, des changements se produiront en raison de la crise énergétique. On s’attend à ce qu’au printemps prochain, la production connaisse des pics et des creux à différents moments.

C’était déjà le cas cette année, principalement en raison de problèmes de virus. Cela a entraîné des « prix d’hiver » en été, lorsque les producteurs ont été contraints de vider leurs serres après avoir été infectés par le Tomato brown rugose fruit virus (ToBRFV), tant aux Pays-Bas qu’en Belgique. Les dernières mises à jour des chiffres officiels font état de 29 infections aux Pays-Bas et de 12 en Belgique. À la suite des troubles causés par le virus, les producteurs s’orientent vers de nouvelles cultures. Certains producteurs se tournent vers le concombre ou le poivron, par exemple.

Après un été avec des prix élevés, l’automne a suivi, au cours duquel les prix se sont maintenus à un niveau élevé et ont même semblé être susceptibles de continuer à augmenter, contrairement aux tendances de ces dernières années. Ces dernières semaines, la tendance à la hausse des prix s’est stabilisée un moment. Le mois de novembre connaît souvent un petit fléchissement, lorsque les produits importés deviennent disponibles en grandes quantités. Néanmoins, cette semaine, les prix des tomates en grappe, le segment le plus important chez les producteurs exposés, sont à nouveau à la hausse. Ces dernières semaines, les prix des tomates en vrac ont été en moyenne légèrement inférieurs à ceux des tomates en grappe.

Cet hiver, certains producteurs aux Pays-Bas et en Belgique ont choisi de faire l’impasse sur leurs cultures éclairées en raison des prix importants de l’énergie. Les producteurs dont les contrats d’énergie sont défavorables et qui doivent actuellement acheter du gaz et de l’électricité à des prix élevés ont décidé de laisser leurs serres vides cet hiver. D’autres ont adapté leur stratégie d’éclairage ou de culture de manière à pouvoir temporairement utiliser moins d’énergie. Par conséquent, les plantes poussent plus lentement pour le moment, mais les producteurs espèrent pouvoir mettre les gaz, au sens propre comme au sens figuré, dès que les prix de l’énergie baisseront à nouveau. Pour l’instant, une baisse n’est pas encore en vue.

Allemagne : les basses températures entraînent une baisse de la demande de tomates

En raison des basses températures en Allemagne, la demande a sensiblement diminué. Néanmoins, l’offre en termes de volume et de variétés est aussi élevée que d’habitude, de sorte que la demande a pu être facilement satisfaite. L’offre néerlandaise a sensiblement diminué, tandis que celle de l’Espagne a augmenté.

Les Espagnols ont également remarqué la hausse des prix du gaz aux Pays-Bas et adaptent leurs prix en conséquence. De ce fait, le prix des tomates espagnoles précoces est sensiblement plus élevé pour certaines variétés que pour les tomates néerlandaises les plus récentes. L’offre restante provient principalement du Maroc, de la Belgique et de l’Italie.

Italie : la hausse des coûts de production et la pression liée au ToBRV handicapent les producteurs de tomates italiens

Selon les données, au cours de la dernière année se terminant en septembre 2021, plus de 23,2 millions de familles italiennes (89 % du total) ont acheté au moins une fois dans la catégorie des tomates. Les Italiens achètent des tomates en moyenne 17,2 fois par an, pour un coût moyen de 2,10 euros.

Pour les producteurs, la saison 2021 a été difficile. En été, les tomates ont souffert des températures élevées et de maladies telles que le virus du fruit rugueux brun de la tomate. La chaleur a réduit de moitié les rendements, tandis que les coûts ont augmenté. Le prix moyen des tomates cerises (1,50 euros / kg) n’a que partiellement amorti les coûts. Même maintenant, à l’automne, la demande des marchés étrangers, comme l’Allemagne et l’Autriche, a faibli, en raison de la reprise de la pandémie. Compte tenu de l’incertitude, il est probable que certains producteurs décident à l’avenir de réduire les hectares plantés en tomates.

Espagne : baisse de la surface de production des tomates espagnoles en raison de pressions multiples

Le mois de novembre a commencé par une augmentation des prix de tous les types de tomates, à l’exception de la tomate en grappe. La tomate en grappe, ainsi que la tomate lisse, sont les catégories commerciales dont le prix est le plus élevé dans les ventes aux enchères d’Almeria. La tomate continue à perdre du terrain dans l’ensemble de la zone horticole andalouse. Selon les premières estimations pour la saison, la superficie qu’elle occupe diminuera de 3 % par rapport à la saison dernière, où elle avoisinait les 8 400 hectares. Ses coûts de production élevés, en particulier la main d’œuvre, la forte concurrence internationale, principalement du Maroc, ainsi que les problèmes causés par les virus et la Tuta absoluta, ainsi que les prix qui ne répondent pas aux attentes des producteurs, conduisent à sa substitution progressive par des cultures à moindre impact salarial comme le poivron et la courgette.

Selon différentes sources du secteur, les types de tomates qui verront leur surface de culture diminuer le plus cette saison seront la tomate ronde et la tomate en grappe. La tomate poire maintient un nombre d’hectares de culture similaire à la saison dernière. D’autre part, les spécialités ayant la plus grande valeur ajoutée et la plus grande rentabilité, comme les tomates roses, les cœurs de bœuf, les cerises de différentes couleurs, etc., montrent une plus grande capacité à concurrencer les productions des pays tiers, et affichent une augmentation de leur surface de culture. Au mois de novembre, la production andalouse, encore limitée, se superpose sur les marchés internationaux à la fin de la saison d’Europe centrale qui, bien qu’offrant un produit de moindre qualité, fait pression sur les prix de la tomate espagnole. La production marocaine augmente notablement à la mi-novembre, concurrençant avec plus d’intensité l’offre d’Almería, Granada et Murcia sur les marchés européens.

Afrique du Sud : les fortes pluies affectent la récolte de tomates sud-africaine

Les prix des tomates ont considérablement baissé en raison des volumes élevés sur le marché au cours du mois dernier. Le prix moyen sur le marché a baissé de 42 % à R4,47 (0,25 euro) / kg en raison d’une augmentation de l’offre, mais un tournant est attendu en raison des pluies qui entravent la récolte dans la région nord.

Les producteurs de tomates dans les régions du nord du pays (Limpopo, Mpumalanga, province du Nord-Ouest où les tomates sont cultivées) sont sur la brèche : des pluies importantes et généralisées sont tombées depuis le week-end. Si l’été est marqué par des précipitations supérieures à la moyenne, comme on le prévoit, cela aura un effet direct sur la présence de ravageurs et sur les rendements (comme ce fut le cas l’année dernière) et provoquera une baisse des volumes.

Un négociant en tomates signale que certains producteurs ont perdu une grande partie de leur rendement à cause des dégâts causés par les ravageurs l’année dernière (par exemple le nouveau venu Tuta absoluta) et si la même chose se produit cette année (et la menace du Tuta absoluta est déjà très forte), ils pourraient cesser la production de tomates, au moins dans un avenir proche.

Chine : le mauvais temps et l’augmentation des coûts de production font grimper les prix des tomates chinoises

Depuis l’été, les prix des tomates chinoises sont restés élevés. Il y a quelque temps, le Shandong, le Hebei, le Shaanxi, le Shanxi, le Henan et d’autres endroits ont été confrontés à des pluies continues pendant de nombreux jours, ce qui a entraîné un taux de nouaison des tomates inférieur à la normale et un volume de tomates sur le marché nettement inférieur à celui des années ordinaires. Depuis le début de l’année, les prix des semences, des engrais, des pesticides, entre autres, ont augmenté, entraînant une hausse des coûts de production. La hausse des prix du pétrole a entraîné une augmentation des coûts de transport, ce qui a également gonflé les prix des légumes. Actuellement, le prix de gros des tomates ordinaires reste élevé, soit environ 6 yuans/500 grammes.

Ces dernières années, la demande de tomates cerises haut de gamme dans les villes principales de Chine a bondi. Si l’on prend l’exemple de Shanghai, en raison de la superficie limitée des plantations dans la zone urbaine, l’offre actuelle de tomates cerises représente moins d’un cinquième de la consommation totale. Par conséquent, certaines entreprises ont commencé à construire des serres dans les zones urbaines de la ville, afin de réduire les coûts de transport et d’assurer l’approvisionnement local en tomates cerises.

Amérique du Nord : un approvisionnement constant et de meilleurs prix pour les tomates NA

Pour un producteur américain ayant des opérations hydroponiques au Mexique, les tomates en grappe semblent prendre la tête de la croissance du secteur, et le producteur cherche à augmenter sa production de tomates en grappe. Le producteur cultive également des tomates cœurs de bœuf et des tomates en grappe (TOV).

« Les approvisionnements de tomates cœurs de boeuf et de tomates en grappe sont similaires à ceux de l’année dernière à la même époque – il y a eu des hauts et des bas à la suite de la pandémie. Nos chiffres ne suivent pas toujours la tendance à laquelle nous sommes habitués. Mais dans l’ensemble, il n’y a rien d’inattendu et nous sommes en mesure de fournir des tomates », dit-il.

Le Canada est également en production de tomates de serre à l’heure actuelle.

Entre-temps, la demande de tomates est constante. « Nous avons constaté une bonne demande et nous vendons beaucoup plus de tomates à l’approche de l’hiver et de la période des fêtes », dit-il. « Dans l’ensemble, la demande de tomates augmente lentement, surtout pour les tomates raisin. Il y a un gros marché pour ces dernières. »

Alors que les tomates raisins ont contribué à la croissance de la catégorie, en particulier comme choix de collation, le producteur indique que les salades préemballées et les kits de salade sont également une option croissante pour ces tomates raisins. « Elles gagnent en popularité et nous constatons que de nombreux clients recherchent des produits qui peuvent être placés dans leurs préparations », dit-il.

Quant aux prix des tomates, ils sont assez comparables à ceux de l’année dernière à la même époque.

Entre-temps, la Floride a commencé sa production de tomates de plein champ et sa campagne est dans les temps, contrairement à d’autres produits de base en production à cette époque, comme les poivrons de spécialité, qui sont en retard. « La qualité est excellente. Nous avons eu beaucoup de pluie en début d’automne et le passage de certains de ces fronts plus tardifs a aidé la culture », explique un producteur de Floride qui produit des tomates rondes mûries sur pied et des tomates Roma, un nouveau produit pour lui. « La qualité des tomates est très bonne. Vous pouvez irriguer, mais ce n’est jamais pareil qu’une bonne pluie. Cela a tout équilibré et maintenant le temps se rafraîchit, ce qui nous a également aidés. »

Si la superficie est restée la même, le producteur a augmenté sa surface globale pour les deux types de tomates.

Quant à la demande, elle est actuellement bonne. « Tout est en mouvement. La demande n’a pas été exceptionnelle, mais elle a été bonne », dit-il. Les producteurs de Floride surveillent également l’augmentation des taux de fret, ce qui pourrait rendre les produits de Floride plus attrayants pour les régions voisines.

En ce qui concerne les prix, ils se situent actuellement dans la fourchette moyenne voire légèrement supérieure et, selon le producteur, ils sont meilleurs que ceux de l’année dernière à cette époque.

Source: Freshplaza 

Regardez aussi

La Tunisie perdra environ 278.800 ha de terres agricoles d'ici 30 ans

L’agriculture en Tunisie

L’agriculture tunisienne en 2022. Pour la Tunisie, l’agriculture est un secteur économique stratégique puisqu’il représente …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *