Accueil / Technique / Dossier / Le rôle de l’ASPAM dans le secteur agrumicole

Le rôle de l’ASPAM dans le secteur agrumicole

Association des Producteurs d’Agrumes au Maroc: Les Objectifs et les Perspectives.

Le secteur des agrumes au Maroc joue un rôle socio-économique de premier choix, ce qui permet de le classer parmi les branches les plus importantes de l’économie nationale. La filière agrumicole a connu ces deux dernières décennies un développement important grâce aux efforts déployés dans le cadre du Plan Maroc Vert. Les agrumes couvrent une superficie d’environ 76.000 hectares (ha). Cette culture occupe une superficie de 16.645 ha dans le Gharb, de 12.840 ha dans la Moulouya et de 1.585 ha dans le Loukkos. Les agrumes constituent la source principale de revenus pour 10.000 familles de producteurs. Les exportations d’agrumes qui sont estimées à une moyenne de 500.000 T génèrent un chiffre d’affaires de 3 milliards de DH par an.

La filière agrumicole est représenté par l’Association des Producteurs d’Agrumes au Maroc (ASPAM). Cette Association vise le développement de la production nationale et l’amélioration de la compétitivité des produits agrumicoles au niveau local et international. Et ce, en procédant à l’étude des questions d’ordre technique, économique, commercial, financier, fiscal et social. L’Association a pour missions la représentation des membres adhérents et la défense de leurs intérêts auprès des pouvoirs publics.

La situation actuelle du secteur agrumicole et ses perspectives

Le Plan Maroc Vert (PMV) s’est concentré dans son agenda sur la production des agrumes. Le gouvernement marocain a signé un contrat-programme qui couvre la période 2009-2020 et qui a pour objectif d’atteindre 2,9 millions de tonnes de production. En ce qui concerne l’export, les professionnels visent à améliorer les expéditions à 1,3 million de tonnes contre 500.000 tonnes actuellement.

La campagne 2015-2016 a enregistré de bons résultats malgré les mauvaises conditions climatiques. Une production de 2 millions de tonnes de fruits a été consacrée au marché local. Les agrumes marocaines ont également été destinées à l’exportation vers l’Union Européenne, la Russie et l’Amérique du Nord.

Les producteurs marocains ont fait des efforts pour répondre à des normes de qualité des fruits. Les résultats ont dépassé les objectifs fixés, l’État a respecté ses engagements et les professionnels sont satisfaits. Des mesures d’accompagnement ont été mises en place afin d’assurer un bon encadrement des producteurs.

Actuellement, la superficie totale dédiée à l’agrumiculture s’élève à 118.000 ha. L’extension, le renouvellement des plantations, l’équipement en système d’irrigation et la valorisation de la production ont affecté positivement le développement du secteur des agrumes.

La désorganisation des circuits de distribution demeure un projet majeur de la filière agrumicole. Presque 2/3 de la production agrumicole sont dévalorisés. Une production de 1,2 million de tonnes d’agrumes de toutes variétés est écoulée sur le marché local sans aucune valorisation. Aucune traçabilité des normes de qualité n’est mise en place, ce qui crée des difficultés de commercialisation.

Une faible coordination entre les différentes composantes professionnelles de la filière (producteurs, intermédiaires, transporteurs et conditionneurs) entrave le développement du secteur agrumicole. Il appartient aux différents acteurs de trouver les synergies possibles afin d’assurer les conditions de réussite de la production. Ces difficultés impactent négativement les stations de conditionnement et de l’export.

Les exportations marocaines d’agrumes ont chuté dans les principaux marchés européens. Une sortie progressive des marchés européens a généré une baisse de rentabilité chez de nombreux exportateurs. Les ventes ont été principalement réalisées sur les marchés russes (40%), de l’Amérique du Nord (25%) et de l’Union Européenne (25%).

Les propositions de l’ASPAM et ses perspectives d’avenir

L’Association des Producteurs d’Agrumes au Maroc s’est mis sur pied afin de dynamiser le secteur des agrumes. Dans ce cadre, l’Association propose des solutions et des perspectives d’avenir. Encadrer les producteurs répond aux besoins et aux particularités de la filière. Un approfondissement de la recherche dans le domaine de la qualité des fruits pourrait permettre de trouver de nouvelles variétés.

L’ASPAM vise l’amélioration de la commercialisation des agrumes au Maroc. Ce secteur doit passer par une réforme en profondeur de la filière. La coordination des intervenants rendra cette tâche plus simple. Dans ce cadre, la Fédération Interprofessionnelle Marocaine des Agrumes (FIMA) a regroupé 5 organisations professionnelles représentant tous les maillons de la filière: l’Association Marocaine des Producteurs de Plants d’Agrumes Certifiés (AMAPAC), l’Association des Producteurs d’Agrumes du Maroc (ASPAM), l’Association des Conditionneurs d’Agrumes du Maroc (ASCAM), l’Association Marocaine des Industries de Transformation des Agrumes (AMITAG) et l’Association Marocaine des Exportateurs d’Agrumes (Citrus Export).

Au sein du secteur des agrumes, le marché intérieur a été longuement considéré comme un simple exutoire approvisionné par les “écarts de triage”. La structuration du marché local est l’un des axes les plus importants dans l’agenda de l’Association. Les producteurs et les conditionneurs veulent mettre en place un dispositif afin de valoriser la production agrumicole. La création de plateformes pour la Grande Distribution demande le soutien des Départements Ministériels concernés.

Les différents acteurs de la filière (producteurs, conditionneurs et exportateurs) souffrent de difficultés financières. Les professionnels réclament une réduction des taxes et des droits de l’export. Les producteurs n’arrivent pas à honorer leurs engagements financiers et bancaires, notamment envers le Crédit Agricole. L’ASPAM intervient donc dans ce cadre afin de réduire ce type de difficultés financières, et rééchelonner les dettes des producteurs sinistrés.

La chaîne du froid et du conditionnement affecte la qualité et le calibrage des agrumes. Les agrumes de la concurrence (Egypte, Turquie et Espagne) deviennent plus compétitifs que ceux Maroc. Les différents acteurs du secteur se sont mobilisés et grâce à l’ASPAM, elle vise à explorer d’autres marchés pour l’export. Le Plan Maroc Vert a mis en place un programme d’actions ambitieux pour le développement des exportations des agrumes. Une non-adaptation avec les marchés européens nécessite du savoir-faire et de l’expertise. Une formation des personnels durant la campagne agricole permet d’éviter les problèmes de qualité des fruits.

Regardez aussi

Le Maroc produit de plus en plus de bananes

Aperçu du marché mondial de la banane

Aperçu du Marché mondial : la banane Tout comme les agrumes, la banane a été …

Un commentaire

  1. Avatar

    Salut
    J’ai un diplôme qualification professionnell ,option polyculture est l’élevage je cherche un omploi j’habite à la ville de béni mellal
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *