Accueil / Actualités / Actu internationales / Le Pérou devient le premier producteur mondial de quinoa

Le Pérou devient le premier producteur mondial de quinoa

Le Pérou : Premier producteur mondial de quinoa.

Selon le Ministère de l’agriculture péruvien, le Pérou a été en 2015 le premier producteur mondial de quinoa, avec 105 621 tonnes de cette graine promue par l’ONU pour lutter contre la malnutrition.

“Nous avons dépassé la Bolivie comme principal fournisseur de quinoa dans le monde car nous exportons de la quinoa biologique de première qualité”, a déclaré à la presse le directeur général du suivi et de l’évaluation des politiques du ministère de l’agriculture, Christian Garay.

C’est la deuxième fois que le Pérou arrive en tête du classement, après une production de 114 725 tonnes et des ventes d’environ 196 millions de dollars en 2014.

Le pays est parvenu à ce résultat grâce à des rendements élevés de production par hectare, surtout dans la région d’Arequipa (sud), a souligné Christian Garay. Pendant de longues années c’est la Bolivie qui était le principal producteur et exportateur de quinoa, avec 70% du marché mondial.

Le quinoa est une pseudo-céréale qui ne fait pas partie de la famille des graminées, mais de celle de la betterave et des épinards (les Chénopodiacées), et qui était déjà cultivée au temps des Incas.

L’organisation de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) salue ses qualités nutritives (digeste, sans gluten, pauvre en lipides, riche en fer, Oméga-3 et protéines) comme moyen de lutter contre la malnutrition.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) l’a qualifié de “graine d’or” et ses défenseurs en ont fait un symbole des produits biologiques car ses méthodes de production sont jugées respectueuses de l’environnement.

En effet, et contrairement au riz et au blé, le quinoa n’est pas une graminée. Il est plutôt considéré comme une « pseudo-céréale » comme le sarrasin.  Le quinoa gagne à être intégré davantage, car il contient une grande quantité de protéines de haute qualité, des acides gras polyinsaturés et de nombreux micronutriments. Grâce à sa composition nutritionnelle, quelque peu différente de celle des autres céréales, et son goût unique, son inclusion au régime alimentaire permet d’apporter de la variété au menu.

Les types de fibres retrouvés dans la farine de quinoa pourraient améliorer la digestibilité et l’absorption de cette « pseudo-céréale » dans le gros intestin. De façon générale, une alimentation riche en fibres solubles peut aider au traitement des maladies cardiovasculaires et du diabète de type 2 en normalisant les taux sanguins de cholestérol, de glucose et d’insuline. Les fibres insolubles, quant à elles, permettraient de maintenir une fonction intestinale adéquate. Une alimentation riche en fibres serait aussi associée à un plus faible risque de cancer du côlon.

Regardez aussi

Espagne veut contrer les exportations du Maroc

L’Espagne veut contrer les exportations du Maroc

L’Espagne a déclaré une guerre commerciale au Maroc, au niveau de l’export. Encore des mesures …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *